Malijet.co

Affaire Moussa Samaké : Ses proches réclament justice

Faire toute la lumière sur le décès du jeune Moussa Samaké, situer les différentes responsabilités et mettre à la disposition de la Justice les personnes incriminées, voilà entre autres les demandes formulés par les centaines d’amis et proches de la famille qui se sont rassemblés ce matin devant le domicile du défunt.

Ils étaient plus d’une centaine ce matin à s’être massés devant le domicile de la famille Samaké. Amis, camarades de classe, et proches de la famille, tous se sont donnez rendez-vous ce mardi matin, pour réclamer justice.  Justice pour le jeune Moussa Samaké, 18 ans, décédé samedi 17 février des suites d’une blessure par balle. « Aidez-nous à rendre justice pour Moussa Samaké, tué par la police » pouvait-on lire sur une grande banderole déployée par les manifestants. Message sans équivoque  à laquelle se mêlait des slogans hostiles à l’encontre des policiers.  « Ils l’ont tué et nous voulons que les coupables soient jugés » lance l’un des nombreux élèves de l’école Mamadou Konate présent au rassemblement.  Le drame remonte au vendredi 16 février. Ce jour-là, Samake et trois de ses amis se retrouvent comme à leurs habitudes dans leur « repère» à la berge du fleuve Niger. « Intrigué » par ce groupe de jeunes, deux policiers qui venaient de boucler une « opération » pas loin du CICB, les apostrophent. « Ils les ont fouillé, mais ils n’avaient rien sur eux » assure le cousin de la victime. Se référant  par la suite sur les déclarations des amis du défunt, il affirme que ce dernier pris de panique a tenté de s’échapper. C’est alors que l’un des policiers lui a tiré dessus. Grièvement blessé,  Samaké tomba dans un ravin. Se rendant compte de la gravité de l’acte, les policiers appelèrent leur commandant pour lui faire part d’un incident.  La version des policiers incriminés diffèrent de celle des proches de la victime. Ils affirment avoir tiré en l’air, et Samake dans sa fuite et apeuré se serait cogné la tête très contre le mur. « Lorsque nous avons entendu cela, nous nous sommes dits que ce n’est pas très grave, il devrait vite se remettre » raconte le commissaire divisionnaire Mahamadou Sidibé, Directeur général adjoint de la Police Nationale.

Blessure balistique

Mais cette version est très mise à mal. Le lendemain de l’incident, le jeune Samake succombe à ses blessures à l’hôpital. « Nous savions que la version de la tête contre le mur ne pouvait être la cause de sa mort, nous avons donc demandé à ce que les éléments en cause soient cuisiné » confie Sidibé. Ils ont donc instruit à leur médecin légiste d’examiner le corps. Et son rapport est sans appel. La victime a succombé des suites d’une blessure balistique. En clair, une balle l’a mortellement touché. « La balle est entré par-dessous son oreille droite et est ressorti par son nez » détaille le DGA de la Police.

Enquête en cours

La famille de la victime a immédiatement déposé plainte après les faits. Une enquête a été ouverte par le procureur de la commune III. « Maintenant c’est à l’enquête de déterminer les responsabilités et de faire la toute la lumière sur l’affaire, nous, nous n’avons rien à cacher et nous fournirons toutes les informations dès que le procureur nous le demandera »  assure notre interlocuteur. Pour l’heure, avant les conclusions de la procédure en cours, la population de Bamako-Coura ne décolère pas.  Un sentiment de fortes inimitiés à l’égard des policiers animent une partie des jeunes du quartier. « Ils ne sont plus les bienvenus ici » s’esclaffait l’un d’eux ce matin. Le Commissaire Sidibé appelle à la retenue, afin que la « bonne coopération entre population et forces de l’ordre puissent continuer et laisser la justice suivre son cours » plaide-t-il.

Journal du mali

Vous allez aimer lire ces articles

LE PM SOUMEYLOU BOUBEYE MAIGA A MOPTI

IIIéme RÉPUBLIQUE DU MALI

AFFAIRE DES 37 GENDARMES ARRETES

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct