Aide alimentaire aux populations maliennes : la France signe deux nouvelles conventions de subvention

La France apporte une nouvelle aide alimentaire aux populations du Mali. Elle sera délivrée par l’intermédiaire du Programme alimentaire mondial (PAM) et de l’ONG Première urgence internationale (PUI). La signature des deux conventions de subvention de cette Aide alimentaire programmée a eu lieu, mercredi 7 avril 2021, à l’Ambassade de France au Mali, en présence de M. Redouwane Ag Mohamed Ali, ministre Commissaire à la sécurité alimentaire. Cette aide, d’un montant de 1, 801 milliards de FCFA, est destinée aux populations les plus vulnérables du Mali.

Au centre ainsi qu’au nord du Mali, l’accès humanitaire a été largement perturbé entre mai et août 2020 en raison de trois facteurs principaux : l’hivernage, avec la crue du fleuve et des inondations dans plusieurs localités ; l’insécurité ; la pandémie de la Covid-19 ainsi que les aléas climatiques. L’insécurité dans ces zones a réduit l’accès aux ressources et aux terres cultivables et a eu pour conséquence la destruction des récoltes.

Des facteurs contribuant à l’insécurité alimentaire

Dans son rapport intitulé « Pour des infrastructures sécurisées et fonctionnelles », Ocha Mali indiquait que dans la zone frontalière avec le Burkina Faso et les cercles de Bankass et Bandiagara, près de 2 000 personnes se sont déplacées vers les chefs-lieux de Timissa, Lanfiala et Koula dans le cercle de Tominan, région de Ségou, après des affrontements entre groupes armés.

Dans le cercle d’Ansongo, notamment sur les axes routiers Gao-Ansongo, Gao-Douentza, la criminalité, les affrontements armés, les incursions dans les villages, le sabotage d’antennes de télécommunication, les affrontements, les braquages de véhicules et les attaques aux engins explosifs improvisés ont entravé l’accès humanitaire, aggravant ainsi les besoins des populations, soulignait Ocha.

Près de 2,2 millions de personnes en insécurité alimentaire

Tous ces facteurs ont contribué à l’installation de l’insécuritaire alimentaire dans ces zones du centre et du nord du Mali. Selon les résultats du Cadre Harmonisé de mars 2021, près de 1,3 millions de personnes « seront en situation d’insécurité alimentaire sévère et auront besoin d’une aide alimentaire et nutritionnelle d’urgence pendant la période de soudure [juin-août ndlr] »

Selon Mme Andrea Lafosse, cheffe de mission de l’ONG Première urgence internationale (PUI), 44 % de la population au nord et au centre du Mali vit avec moins de 2 dollars, soit plus de 1000 FCFA par personne et par jour. Une situation qui touche plus gravement les femmes. Dans ces zones, près de 2,2 millions de personnes sont affectées par l’insécurité alimentaire. En novembre 2020, dans la seule région de Gao, « le Cadre Harmonisé a identifié 46 746 personnes en situation d’insécurité alimentaire, dont 15 340, à Ansongo ».

Afin d’apporter une réponse adéquate aux besoins de ces « populations vulnérables » du Mali, « la France apporte un nouveau soutien de 1,801 milliards de FCFA ». Un financement qu’elle alloue à deux projets : le Programme alimentaire mondial (PAM) pour un montant de près de 1, 475 milliards de FCFA et l’ONG Première urgence internationale (PUI) à hauteur de près de 328 millions de FCFA.

La France à la rescousse des « populations vulnérables »

À travers cet appui de la France, l’ONG PUI apportera une assistance alimentaire à 340 ménages, soit environ 3000 individus, en améliorant la situation alimentaire, nutritionnelle et les bonnes pratiques d’hygiène des ménages ciblés. « Elle renforcera également la production agricole, vivrière et maraîchère pour 102 de ces ménages et assurera un suivi nutritionnel des enfants ainsi qu’une sensibilisation aux bonnes pratiques en nutrition, hygiène et démonstrations culinaires », a précisé l’ambassadeur de France au Mali, Joël Meyer.

Aliou Diongue, représentant adjoint du PAM au Mali, n’a pas manqué l’occasion pour préciser que cette « contribution permettra au PAM d’assister plus de 60 000 bénéficiaires, dans les zones du centre et du nord du pays ». Des populations qui constituent, selon ses explications, les « plus affectées par l’insécurité alimentaire pendant la période de soudure jusqu’à la fin de l’année 2021 ». Grâce à ce financement de la France, ajoute-t-il, près de 30 000 personnes auront une assistance alimentaire d’urgence.    Cet appui ciblera également les enfants touchés par ces crises et qui souffrent de malnutrition aiguë.

Fousseni Togola

Source: Phileingora

Vous allez aimer lire ces articles

« Mon corps m’appartient » : la revendication de plus d’autonomie pour les femmes

CENTRE : L’armée reste présente à Farabougou

Graves accusations de l’ONG Human Rights Watch sur les tueries survenues dans la région de Mopti: « L’armée malienne mise en cause dans la mort de 34 civils au centre du pays… »

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct