Les membres du Conseil national de la jeunesse du Mali étaient en conclave le week-end dernier au Centre de formation des collectivités territoriales. Cette rencontre a permis de valider le plan d’action stratégique qui sera la boussole pour les trois ans du mandat du nouveau bureau dirigé par Amadou Diallo.

Les travaux de validation de ce plan d’action, présidés par le directeur national adjoint de la jeunesse, a enregistré la participation de plusieurs délégués venus des différentes localités du pays.

Pour le premier responsable de la faitière de la jeunesse malienne, beaucoup de défis s’imposent de nos jours à la jeunesse malienne. Ces défis ont pour noms : l’emploi, la lutte contre l’extrémisme violent, l’immigration clandestine, l’entrepreneuriat jeune… Il a souligné que son bureau attache une importance capitale à toutes ces questions surtout l’emploi des jeunes qui, selon lui, demeure la priorité des priorités. A cet égard, il ajoutera que la jeunesse ne demande pas l’impossible, mais juste l’indispensable.

“C’est-à-dire des offres d’emplois, de véritable stage de formation, de vraies conditions d’acquisition du savoir scolaire et universitaire…”, a soutenu le président du CNJ-Mali. Face au terrorisme, il a invité ses camarades à ne pas céder à la peur encore moins à la haine. “Regardez la vie en face. Dans les yeux de vos frères, sœurs d’où qu’ils soient quelle que soit la couleur de leur peau, quelle que soit leur sensibilité, quelle que soit leur culture. Chaque vie est sacrée. Nous devons nous sentir les défenseurs de cette vie…”, a ajouté le président Diallo. Et de remercier le ministère de la Jeunesse et des Sports avec à sa tête Arouna Modibo Touré qui n’a ménagé aucun effort, selon lui, pour la tenue de cet atelier.

De son côté, le directeur national adjoint de la jeunesse, aussi un ancien du CNJ-Mali, représentant le département de tutelle, a salué cette démarche des jeunes et les invités à beaucoup plus de responsabilité.                                                         

   Kassoum Théra

Source: Journal Aujourd’hui Mali