Le général Amadou Haya SANOGO et les autres sont détenus en violation de la loi. Mais ça ne dérange personne. Même RFI la super grande gueule. Sur le cas SANOGO, elle l’a fermé. La queue entre les jambes en esclave docile du Système. Elle fait là où lui dit de faire. La Chambre d’accusation de la Cour d’Appel qui s’est penchée hier, mardi, sur la requête de leur mise à la liberté provisoire, a rejeté la demande.

general-amadou-haya-sanogo-putschiste-militaire-ouverture-proces-sikasso

Pour protester et réclamer leur droit à être jugés, ils ont entamé une grève de la faim depuis ce lundi 6 novembre 2017. Beaucoup espère qu’ils vont en crever et que ce sera bon débarras, sans regrets et au plutard possible. Et il ne se passera rien s’ils venaient à mourir.

RFI va titrer: “la grève fatale”. Toute arme est utile dans certaines conditions. On parlera encore de Bobby SAND dans un siècle. Sunday Bloody Sunday a un sens et joue sous certains cieux. Là où l’Histoire compte et là où les citoyens ont une conscience. Cette même arme est au Mali un coup d’épée dans l’eau.

Autrement dit, SANOGO et les autres sont en train de jouer le jeu de leurs adversaires. Ils préparent un bon auto-gool: se tirer une balle dans le pied. Celui qui leur a donné cette idée n’est pas bon stratège. A moins qu’il ne soit…

ILS L’ONT TOUS OBSERVÉ SANS EXCEPTION

Les Bérets verts détenus depuis plus de 3 ans (limite légale de la détention provisoire) avaient observé une première tranche de grève de la faim; qui a pris avant-hier lundi et ensuite prolongé au mardi 14 novembre 2017.  Leur requête de la mise en liberté provisoire a été statuée hier par la Cour d’Appel. Et la Chambre d’accusation de la Cour d’Appel a rejeté  leur mise à la liberté provisoire.

Des esprits mal intentionnés avaient abusé de la confiance ou de la crédulité d’une partie de l’opinion pour rependre le mensonge suivant: SANOGO et KONARE  n’ont pas observé la grève. La raison de ce mensonge est de créer la diversion, nourrir la polémique et semer la zizanie afin de faire passer à côté de l’essentiel. C’est dommage que les maliens soient tombés aussi bas jusqu’à recourir délibérément au mensonge pour semer le doute et salir tout le monde. Et ce sont ces gens malhonnêtes qui parlent le plus avec arrogance.

Donc la vérité dans cette affaire est TOUS ces détenus ont observé la grève de la faim.

TRÈS GROSSE MOBILISATION POUR EXIGER LEUR LIBERATION

C’était avant hier lundi à la Maison de la Presse. Les épouses des Bérets exigent du Gouvernement la libération de leurs maris. Le délai de détention provisoire expiré, les épouses des Bérets verts exigent leur libération.

Ce ne sont plus des femmes timides qui font le tour et taper aux portes pour mendier la clémence au profit de leurs maris. Dans cette quête, elles ont essuyé beaucoup de portes fermées. Certes certaines portes se sont ouvertes pour qu’elles entendent des aberrations. Aujourd’hui ce sont des tigresses blessées qui ciblent désormais IBK. Elles ont annoncé de marcher nues sur IBK. Ce sont les épouses et mères de militaires qui ont fait partir ATT.  Le tour de IBK est venu s’il le veut.

Amadou Tall

Le Démocrate