Hier, le mercredi 5 décembre 2018, la population de Bafoulabé, dans la région de Kayes, a manifesté pour exiger la construction d’un pont sur le fleuve Bakoye et le Bafing. « Nous avons décidé de bloquer tout. Rien ne va fonctionner jusqu’à la satisfaction de nos doléances. Nous demandons le bitumage des tronçons Babaroto-Toukoto-Kita et Tambaga-Manatali et la construction de Pont sur le Bafing et le Bakoye. Nous avons écrit une lettre au Président de la République le 3 novembre dernier.

Mais jusqu’ici rien n’est fait. Aussi nous demandons l’abrogation de l’arrêté interministérielle qui a confié la gestion du Bac à une commission qui gère les fonds comme bon la semble. Nous ne voulons plus de ça, nous voulons que les communautés soient associées et que une part des fonds soit investi dans le développement de la ville. En plus que nous rapportent les quatre unités industrielles au développement de Bafoulabé ? Rien du tout. Aujourd’hui il y’a un éveil de conscience. Nous allons réclamer nos droits vaille que vaille, même nous allons mourir », a confié le secrétaire général de la jeunesse, M. Karamagan Diallo à notre confrère de mali24.info. Les populations de cette localité de la première région administrative du pays (Kayes) souffrent d’un enclavement qui étouffe son développement au vu et au su de tous. « Routes dégradées et impraticables et l’arrêt total du train coupe la localité du reste du pays. L’inertie des autorités face à fait problèmes mainte fois exprimés créé aujourd’hui un au ras-le-bol total des populations de Bafoulabé qui ont décidé de passer par la manière forte. »

 

Source: Le Républicain