Boubou-Tembiné: les dessous d’une détention prolongée ?

Alors que les militaires détenteurs du pouvoir sont attendus à ACCRA aujourd’hui pour s’expliquer devant les chefs d’État de la CEDEAO sur les mesures prises dans cadre de la remise du pouvoir aux civils, la détention prolongée des ex-PM Boubou Cissé et président de l’AN, Moussa Tembiné, suscite des interrogations sur les réseaux sociaux à Bamako. Aujourd’hui, soit bientôt un mois après le putsch du 18 août 2020, si les noms de Boubou et de Tembiné sont cités comme les derniers détenus parmi les dignitaires du régime défunt, difficile de dire exactement le nombre de prisonniers encore aux mains de putschistes. Si pour les uns ces personnalités doivent rendre des comptes sur leur gestion des biens de l’État, le contexte de leur détention (extrajudiciaire), pose un véritable problème des droits de l’homme dans notre pays sous le soleil des putschistes de Kati. Voici, votre facebookan du jour !

 

Mamadou Konaté : Boubou Cissé et Moussa Tembiné sont-ils devenus les seuls otages au titre d’un régime défunt ? Sont-ils arrêtés ? Détenus ? Ont-ils été présentés à un procureur ou à un juge ? Quelles sont les autres personnes arrêtées, détenues ou retenues à ce jour ?

Salaha Tombouctien Cisse : Boubou Cissé est impliqué dans plusieurs malversations financières, et est responsable de la crise scolaire. Il doit être jugé.

Camara Souley Amin Fodé : Salaha Tombouctien Cisse, des malversations ? Lesquelles ? Et en quoi il serait responsable de la crise scolaire ?

Salaha Tombouctien Cisse : Camara Souley Amin Fodé, les sur facturations sur la loi de la programmation militaire ne peuvent être faites sans l’implication du ministre des Finances et du Budget. À cause de son orgueil, il a mis l’avenir de tous les fils, filles de pauvres en jeu en les privant d’éducation en refusant une loi républicaine qui sera appliquée.

Alassane Touré : Lorsque la situation n’est pas claire, il est dangereux de mettre tous les présumés coupables en liberté.
-D’abord pour leur propre sécurité ;
-Pour éviter un contre coup d’État comme en 2012 ;
-Pour éviter de les perdre dans la nature comme Katio.
Nous pouvons nous enquérir de leurs conditions de détention, mais en ce qui concerne leur libération de préférence après la mise en place des organes de la transition.

Abdoulaye Bill : Vraiment Adam est forte !!!

Kenzo Berete : le faux ancien ministre, si tu es homme, il faut venir à Kati, tu sauras la réalité.

Koke Diarra Iniesta : Ils ne sont pas arrêtés, c’est avec eux qu’ils ont mis en place la charte de transition, c’est juste un complot… L’absence d’une preuve n’est pas la preuve de l’absence de la vérité.

Fatoumata Tembine : Koke Diarra Iniesta, si tu n’as pas de preuve, dans ce cas, ne fais pas de fausses affirmations.

Koke Diarra Iniesta : Fatoumata Tembine, ma sœur, croit moi, ils ne sont pas aux arrêts, mais l’histoire nous en dira plus.

Fatoumata Tembine : Koke Diarra Iniesta, je te comprends, mais soyons un peu optimiste au changement tant attendu.

Koke Diarra Iniesta : Fatoumata Tembine, je ne crois plus beaucoup à ce changement parce qu’il y’a des classes politiques qui verront leur statut changé en cas de changement qui sont très proches de l’organe de décision du CNSP aujourd’hui… J’ai peur que ça ne se transforme en camouflage très vite.

Fatoumata Tembine : Koke Diarra Iniesta, il ne faut surtout pas vous décourager, on compte sur vous la jeunesse. Si vous vous parlez comme ça, comment nous allons faire alors ?

Koke Diarra Iniesta : Fatoumata Tembine, il faut croire, mais il ne faut pas beaucoup miser sur la jeunesse, nous sommes les plus corrompus. Mais espérons que cette transition nous permettra d’avoir une très bonne loi fondamentale et qu’aucun président malien ne soit pas un roi absolu par la Constitution et que la justice et la législation puissent jouer leur rôle légal, républicain sans ingérence du président de la République.

Fatoumata Tembine : Koke Diarra Iniesta, dans ce cas, espérons. Merci bien pour ces échanges.

Koke Diarra Iniesta : Fatoumata Tembine, merci beaucoup !

Mohamed Ibn Souleymane : Leur sort doit être connu, quel qu’en soit leur crime !

Med Moh : C’est maintenant que tu te poses cette question ? Ce sont les 1eres personnes détenues ? Retenus ? Dans ce pays ? Sont-ils mieux que les autres ? Prôner la paix, c’est mieux…Sapristi !

Aboubacar Anne : Et ceux qui ont été enlevés par boubou et TIMBINÉ pendant leurs mandats où étiez-vous ?

Souleyman Diallo : Je ne comprends pas comment peut-on toujours parler de la liberté ou du jugement de ces gens-là alors que toutes les Institutions du Mali sont en arrêt, le pays fonctionne sans chef d’État ni institutions. De grâce, soyons raisonnables.

Ahmar Maiga : C’est une très bonne question. Le CNSP devait communiquer cette liste depuis…

Sony Diamond : C’est les vraies questions à se poser.

Mamadou Cissé : En tout cas, je suis d’accord avec toi Adam.

Ladji Sekou Fofana : Ils sont plutôt en surveillance…

Cisse Cheick : Liberez les !

Source : INFO-MATIN

Vous allez aimer lire ces articles

Insécurité au Mali : le Conseil de sécurité condamne et demande des enquêtes sur les attaques contre les Casques bleus

Règne des jihadistes à Farabougou : le Symbole de l’incapacité notoire des FAMA

Insécurité dans le cercle de Niono : les FAMA volent au secours des populations du village de Farabougou

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct