Caisse autonome des règlements pécuniaires des avocats : des membres du barreau outillés

L’Institut national de formation judiciaire (INFJ) Me Demba Diallo tient depuis hier une session de formation de deux jours au profit des avocats du Mali sur «la Caisse autonome des règlements pécuniaires des avocats (Carpa)». La session est organisée par l’INFJ en coordination avec l’Ordre des avocats du Mali, avec l’appui de l’Union européenne (UE) à travers le Programme d’appui à la justice au Mali (PAJM II), mis en œuvre par Expertise France, avec l’implication de ses partenaires. Ce Programme s’inscrit dans la continuité des actions menées dans le cadre du PAJM I (2015-2019) et cadre avec la Loi d’orientation et de programmation pour le secteur de la justice (2020-2024). Le PAJM II vise globalement à renforcer l’État de droit et à rétablir le lien de confiance avec la Justice. L’exécution du programme s’étend du 1er février 2020 au 31 janvier 2023.

Les deux jours de formation permettront aux avocats maliens de savoir comment la Carpa fonctionne en France afin de s’inspirer de ses bonnes pratiques pour que dans les prochains jours, la Caisse autonome du Mali qui existe depuis 20 ans, soit opérationnelle.
La cérémonie d’ouverture de la session était présidée hier par le directeur général de l’INFJ, Toubaye Koné, en présence du chef d’équipe du PAJM II, Mme Laurence Fayolle, et du bâtonnier de l’Ordre des avocats du Mali, Me Moustapha Cissé.

Le directeur de l’Institut Me Demba Diallo a souligné que cette formation à l’endroit des avocats s’étalera sur plusieurs sessions. Toubaye Koné a aussi rappelé que le PAJM II vient pour consolider les acquis de la première phase du programme qui a doté le ministère de la Justice d’infrastructures adéquates, ajoutant que l’idée est de relever la justice de notre pays. Selon lui, il est difficile aujourd’hui d’entreprendre une telle action sans toucher les différents maillons et corps de métiers de la justice dont le barreau. Le bâtonnier de l’Ordre des avocats dira que cette formation est une activité que le Barreau saisit avec une volonté ferme de réussir la constante recherche de formation, le renouveau de notre justice.

Pour Me Moustapha Cissé, cette session permettra à de jeunes avocats du Barreau malien de s’abreuver à un instrument important de l’exercice de leur profession qui est la Carpa. Pour sa part, le chef de programme PAJM II a indiqué que son Programme est fier d’accompagner cette initiative de l’INFJ pour qu’il puisse prendre sa pleine place dans la formation des acteurs de la justice. Mme Laurence Fayolle s’est également dite très heureuse que le Barreau trouve sa place au sein de cet institut de formation pour accompagner ses membres dans le cadre de la mise en place de la Carpa.
Des acteurs de la justice française participent à la formation par visioconférence.

Aboubacar TRAORÉ

Source : L’ESSOR

Vous allez aimer lire ces articles

Civisme : Et si le Mali s’inspirait du Rwanda ?

Les Bozos, des pêcheurs nomades en voie de sédentarisation

Yogoro : une pratique culturelle au Mali

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct