Malijet.co

Carte de presse nationale : Le ministre exige un nouveau bail avec la presse

La Commission de la Carte de Presse a procédé le jeudi 8 février 2018, à la Maison de la Presse au lancement officiel de la toute nouvelle carte dédiée aux hommes de medias pour l’exercice de leur fonction. Le lancement de cette nouvelle pièce informatisée, sécurisée avec un format plus réduit contenant toutes les informations sur le détenteur de ladite pièce, a été fait devant un parterre de journalistes et des responsables de la presse.

Selon le Président de la Commission de la Carte de presse, Alassane Diombélé, depuis un certains temps, il y’a une volonté des autorités de mettre en place une nouvelle carte de presse. Donnant les raisons de cette volonté, il dira que l’ancienne carte avait un format plus grand et n’était pas assez sécurisée en termes de transport, aussi qu’elle ne donnait pas  les garanties dans le cadre de la profession. Ainsi, il dira qu’ils ont jugés nécessaires de mettre en place une nouvelle carte de presse avec un format plus réduit et d’une sécurité maximum. C’est-a-dire que dans la nouvelle carte toutes  les données sont stockées dans un code barre  qui permet d’avoir toutes les informations et bouclée par  l’emprunte digitale qui permet aussi d’identifier individuellement tout détenteur de la pièce, mais également avec sa signature et celle de la commission. Au dire du président de la commission, la nouvelle carte à une validité de trois ans, renouvelable après ce délai.  Il ajoutera que la durée de l’ancienne carte est réduite à six (6) mois à partir du lancement  de la nouvelle carte et qu’après cela, c’est la nouvelle carte qui sera valable pour la présentation. Les pièces à fournir pour cette nouvelle carte sont : Une demande manuscrite timbrée ; un extrait de l’acte de naissance ou la photocopie  légalisée de la pièce d’identité ; un extrait du casier judiciaire datant de moins de trois mois ; un curriculum vitae ; une déclaration sur l’honneur que le journalisme est sa profession ; une attestation dûment établie et signée par le Directeur  de publication ou de l’éditeur auquel le postulant à la Carte de presse loue ses services au moment où il fait sa demande à la commission ; trois photos d’identité et un engagement de tenir la commission de la Carte de presse informée de tout changement éventuel de sa situation, avec obligation de rendre la Carte  de presse au cas où le titulaire perdrait la qualité de journaliste. De même, En cas de renouvellement avant échéance ou pour raisons de pertes ou de détérioration, le détenteur est soumis au payement  de la somme de 20.000 FCFA.

Ousmane Baba Dramé

Source: Le Républicain

Vous allez aimer lire ces articles

Lancement de la nouvelle carte de presse : Le ministre Arouna Modibo Touré met de l’ordre

Mali : montée de la grogne dans l’armée à la veille de la présidentielle

Bamako : Près de 15 interpellations pour des cas de sexualité en 72 heures !

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct