Comme un coup de baguette magique, la société Golfa transit a du vent en poupe. Même si la qualité de ses produits ou de sa prestation est de qualité, certains voient la main cachée du fils du président qui aurait été d’un apport important pour l’ascension fulgurante de la société. Toute chose qui provoque des grincements de dents au sein du monde du transit.

La société Golfa Transit, faut le rappeler est dans l’import-export, le transit douanes, logistique et transport, dédouanement de voiture jusqu’à la plaque et ses services sont beaucoup sollicités par son monde, car dit-on, ils sont rapides et fiables. Mais d’un autre point de vue, la société est perçue comme celle des privilégiées du pays. D’où la grogne de certains responsables de transit qui n’arrivent pas à comprendre les raisons du favoritisme. Les faveurs ont comme nom l’octroi d’agrément de commissionnaire en douanes auprès de l’ensemble des bureaux de douanes de Bamako, Kati et des bureaux de douanes frontières d’une durée indéterminée.

Même si l’on a du mal à croire à certains hommes du milieu par rapport à une implication de Karim dans cette affaire, beaucoup se demandent comment se demandent comment en est si laps de temps, la société GOLFA Transit SARL a pu se faire de tel renom ? Comment a-t-elle fait pour bénéficier du sésame qu’est l’agrément, ce papier tant important et tant sollicité par des anciens de la boite.  Si ce qu’ils disent s’avère vrai, ce serait encore une autre implication de trop de la part du député, non moins fils du président de la République.

Nous y reviendrons

Source: La Sirène