La Conférence Episcopale du Mali prononce la suspension jusqu’à nouvel ordre les célébrations publiques dans les Eglises. Le communiqué est daté du vendredi 20 mars et signé de Mgr Jonas Dembélé, Evêque du Diocèse de Kayes et président de la Conférence Episcopale. On y lit que « les messes publiques (dominicales, de préceptes et quotidiennes) sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. Par conséquent les fidèles sont dispensés du précepte du dimanche et des jours de fêtes. Ces mesures sont à observer du 21 mars 2020 jusqu’à nouvel ordre ».Le communiqué est intitulé : « Directives relatives à la lutte contre le coronavirus. »

Par ailleurs, les rassemblements d’action catholique et des associations sont suspendus. Les maisons de formation tels que les séminaires sont fermées. La célébration des obsèques devra respecter scrupuleusement les consignes de l’Etat, c’est-à-dire dans un cadre familial restreint et la prière au cimetière.
Bien évidemment, les évêques soulignent dans le communiqué que « le fait de ne pas avoir de messes dans les paroisses ne dispense pas les chrétiens de la prière qui reste une arme efficace pour affronter ce moment difficile. Les fidèles et les personnes de foi sont invités à intensifier le jeûne et la prière individuelle et en famille. »
Les Chrétiens sont pourtant en carême et dans une dizaine jours, arrivent les grandes célébrations de la Semaine Sainte et de Pâques. Mais les évêques expliquent avoir pris ces décisions face à la situation de coronavirus qui se présente comme « un tsunami qui n’épargne personne sur son passage », bien qu’aucun cas n’ait été enregistré au Mali. A cet égard, le communiqué salue « les autorités du pays pour les décisions avisées qu’elles ont prises en ce moment. »
Il faut rappeler que le gouvernement malien a annoncé mercredi 18 mars 2020, diverses mesures pour faire face à la situation. Parmi ces mesures, on peut citer notamment l’arrêt des vols commerciaux, la prise de température systématique aux frontières, l’auto-isolement pendant 14 jours des voyageurs qui arrivent de pays fortement touchés, un numéro vert (36061) pour toutes fins utiles. Au lendemain de l’annonce de ces mesures, les leaders religieux de toutes les confessions avaient été invités au respect des consignes et à proposer le plus tôt possible des mesures concrètes pour protéger les fidèles dans les lieux de culte.
Celles annoncées par les chefs de l’Eglise catholique sont une réponse à cette attente des autorités. Du côté de la communauté musulmane très majoritaire dans le pays, il faut simplement signaler que la grande prière du vendredi 20 mars s’est déroulée normalement dans toutes les mosquées.

 

Source: studiotamani