Coup de tonnerre à ’Hôtel de l’amitié; Le PDG de Laïco ALDBEA IMHAMED en prison

En tant que témoin dans une affaire de faux documents, depuis avant-hier mercredi 23 Septembre 2020, le Président Directeur Général (PDG) de Laïco, M. Aldbea Imhamed est en prison. Son conseiller spécial, M. Amadou Sissoko était face à la presse hier, jeudi 24 septembre 2020, à l’Hôtel de l’Amitié, en vue d’informer l’opinion nationale et internationale sur les manquements constatés dans la procédure ayant conduit à placer M. Aldbea Imhamed sous mandat de dépôt.

 

Le conférencier, M. Amadou Sissoko a rappelé qu’au même titre que le Président Directeur Général (PDG) de Laïco, il a été cité dans cette affaire de faux documents de l’ancien PDG. Selon lui, ils ont été convoqués 5 fois à la Gendarmerie. A ses dires, finalement il a été prouvé qu’ils n’avaient aucun lien avec ce dossier. Il ressort de ses explications, que le dossier les concernant a été classé. M. Sissoko a précisé que la Mairie a délivré les faux documents et le détenteur de ces documents étaient poursuivis, mais non détenus.

Le conférencier a fait savoir que l’ancien Président Directeur Général (PDG) de Laïco, M. Ibrahim Imokhtar Elzlitni a été arrêté la semaine dernière pour cette affaire de faux documents.  Il a mentionné que le mercredi 23 Septembre 2020, le Président Directeur Général (PDG) de Laïco, M.  Aldbea Imhamed a perdu son père en Libye. Au moment où il traversait cette dure épreuve, de façon miraculeuse et spectaculaire il a été appelé le même jour au téléphone par un juge du Tribunal de la Commune II et placé sous mandat de dépôt. Selon lui, du simple témoin, M. Aldbea Imhamed s’est retrouvé en prison. Il pense que cela n’existe dans aucun Etat de droit. Le conférencier a précisé que sans citation, ni rien, à partir d’un coup de fil du juge, il s’est retrouvé en prison. Il pense que sans citation, ni rien, en matière pénale, on ne peut pas jeter quelqu’un en prison. Dans toute affaire judiciaire, il y a des procédures à suivre qui doivent être scrupuleusement respectées. Il faut que ce genre de pratiques s’arrêtent dans un Etat de droit comme le nôtre.

M. Sissoko a noté que le Président Directeur Général (PDG) de Laïco, M. Aldbea Imhamed est la deuxième personnalité libyenne au Mali après l’Ambassadeur. Il ressort de ses explications que cela peut créer des incidents diplomatiques. C’est pour cela que les autorités libyennes au Mali ne sont pas restées en marge de ce dossier dont la procédure normale n’a pas été respectée. « C’est du jamais vue », a-t-il expliqué. Il a laissé entendre que l’avocat est à pied – d’œuvre pour tirer cette affaire au clair, afin que M. Aldbea Imhamed recouvre sa liberté.

Source : Nouvel Horizon

Vous allez aimer lire ces articles

Affaire du Patronat du Mali : Le tribunal annule l’ordonnance gracieuse accordée à Diadié

Gestion des fonds COVID 19 : Les impayés des factures des hôtels, une bombe à retardement entre les mains du Premier ministre Plusieurs établissements menacés de fermeture pour «crise économique»

Agence nationale pour l’emploi (ANPE) : Une structure chargée de la prospection, de la collecte des offres d’emploi et de la mise en relation de l’offre et de la demande d’emplois

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct