Cour d’Appel : Amadou Aya Sanogo jugé demain

Après tant d’années de reports et de tournures autour de l’affaire des bérets rouges, une situation survenue en 2012 suite au renversement du régime de l’ex-président de la République Amadou Toumani Touré (ATT), le chef des putschistes, Amadou Aya Sanogo connaitra bientôt son sort. Le jugement sur le fond du dossier est prévu pour ce 25 février 2021.

Ce moment tant attendu aura finalement lieu ce jeudi, 25 février 2021.Aussi bien les parents des bérets rouges disparus que toutes les personnes directement ou indirectement concernées, la vérité sera connue dans l’affaire Amadou Aya Sanogo et coaccusés. L’information a été confirmée par maitre Tiessolo Konaré, avocat du chef de la junte. « On nous a notifié les citations concernant ce jugement prévu pour ce 25 février depuis le 17. Et le dernier interrogatoire a eu lieu la semaine dernière », a-t-il confié. Arrêté depuis le 27 novembre 2013 à la suite d’une plainte déposée par les femmes des bérets rouges disparus, le général Amadou Aya Sanogo, non moins N°1 du comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat (CNRDRE), sera forcément disculpé ou inculpé des faits qui lui sont reprochés. En tout cas, Me Tiessolo Konaré a été clair : « Il s’agit de l’affaire sur le fond du dossier, c’est-à-dire que le jugement réel se tiendra ce jeudi, 25 février 2021 ».

En l’occurrence, ce jugement devrait avoir lieu l’année dernière. Mais compte tenu du fait que cela n’a pas été possible, ajoute l’avocat Konaré, nous avons préféré prendre la demande de mise en liberté provisoire d’Amadou Aya Sanogo et ses coaccusés. Mais cette fois-ci, explique le défenseur de l’ex-chef des putschistes de 2012, « c’est le jugement sur le fond de l’affaire qu’aura lieu ».

En effet, il convient de rappeler que le cerveau de l’ex-Cnrdre, Amadou Aya Sanogo et ses coaccusés avaient été arrêtés pour « enlèvement et assassinat, complicité d’enlèvement et assassinat ; complicité d’assassinat ». A ce titre, le chef du groupe militaire qui avait renversé le pouvoir du défunt président ATT avait été arrêté en date du 27 novembre 2013.Par la suite, le général Amadou Aya a été déféré à l’école de la gendarmerie de Faladié, à Bamako. De là-bas, il a été emmené à Sélingué, une localité du pays, puis à Manatali, dans la région de Kayes. Sans autre solution, le capitaine devenu général après le coup d’Etat va encore être ramené à Sélingué. Dans cette affaire qui perdurait, le premier jugement qui était prévu pour 2016 a été reporté. Et le second prévu pour l’année 2020 s’est également débouché sur un report. Ainsi, durant sept (7) ans, l’histoire des Bérets rouges et bérets verts demeurait sans suite. Ce qui fait qu’en date de janvier 2020, une liberté provisoire a été accordée à Amadou Aya Sanogo et ses coaccusés. La question : peut-on encore s’attendre à une grand-chose dans cette affaire qualifiée déjà de politique par pas mal de citoyens maliens ? En tout cas, seul le verdict de la justice pourra nous éclaircir sur la question.

Mamadou Diarra

Source: Journal le Pays- Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Sikasso : Un agent de la sécurité blessé dans l’attaque du poste de contrôle de Mamassoni

Urgent: Assassinat du Président de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) à Bamako

« Zéro VBG » : une plateforme web et une application mobile de lutte contre les VBG

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct