Malijet.co

Cour de justice de l’UEMOA : DANIEL AMAGOIN TESSOUGUÉ DÉSIGNÉ PRÉSIDENT PAR SES PAIRS

Notre compatriote, Daniel Amagoin Tessougué préside la Cour de justice de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), depuis le lundi 3 juin dernier. Cela, conformément aux textes qui stipulent que les huit membres de la Cour désignent en leur sein, pour trois ans, le président et répartissent entre eux les fonctions de juges (5) et d’avocats généraux (2), précise un communiqué de presse de l’institution sous-régionale. L’ancien procureur général près la Cour d’appel de Bamako remplace ainsi à ce poste la juge Joséphine Suzanne Ebah/Touré, dont le mandat de 3 ans est arrivé à terme, à la présidence de ladite Cour.
Cette nomination, qui fait honneur à tout un peuple, est la consécration d’une longue et riche carrière. Magistrat de grade exceptionnel, Daniel Amagoin Tessougué, né en 1958 à Sangha au Mali, est titulaire d’un doctorat en droit privé de l’Université Robert Schuman de Strasbourg (France). Celui qui a découvert cette cour le 20 mai 2016 par Acte additionnel n°05/2016 de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UEMOA en qualité de juge à la Cour de Justice de l’Union au titre de la République du Mali, a gravi tous les échelons au sein de la famille judiciaire malienne.


En effet, le président Tessougué a été juge d’instruction, président de tribunal du travail, juge de siège, procureur de la République près le tribunal de première instance de la Commune VI de Bamako.
Daniel Amagoin Tessougué a aussi occupé les fonctions de procureur général près la Cour d’appel de Bamako, de secrétaire général au ministère de la Justice et contrôleur d’Etat. Etudiants et élèves magistrats se souviennent encore des cours à l’Institut national de formation judiciaire du Mali et à la Faculté des sciences juridiques et économiques de Bamako de cet ancien membre du Conseil supérieur de la magistrature.
Amoureux de littérature et de poésie, le juge Tessougué est écrivain et auteur de plusieurs ouvrages. On peut entre autres, citer : Cantiques du Ginna (recueil de poèmes), de deux romans : Harmonie retrouvée et La Conjuration. Sans compter ses publications dans des revues spécialisées et autres journaux.

Cheick M. TRAORÉ

Source: L’ Esssor- Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Affaire Karim Keïta contre les journalistes Dramé et Saxe : Le verdict du juge attendu le 17 juillet prochain sur les exceptions soulevées par les avocats de la défense

Limogé après le massacre de Ogossagou : Le général Abderrhamane Baby promu chef d’Etat major général adjoint de l’armée

Axe Tambaga-Manantali: le cri de cœur des populations du Bafing

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct