Crise sociopolitique : Le CNJ pour le dialogue et le respect de la constitution

Le Conseil national de la jeunesse (CNJ) est préoccupé par la crise sociopolitique que travers le pays. Ses leaders l’ont fait savoir au président de la République, vendredi lors d’une rencontre à l’issue de laquelle ils ont également exprimé leur volonté de rencontrer l’ensemble des acteurs pour une sortie de crise conforme à la Constitution. Le chef de l’état a confié avoir reçu avec «bonheur» les représentants de la jeunesse, «un bonheur d’autant plus grand qu’une fois encore vous venez de me convaincre d’avoir eu raison de placer ce mandat sous le signe de votre préparation aux missions qui seront les vôtres, la prise en main du Mali de demain».

Ibrahim Boubacar Keïta a été, en effet, séduit par la maturité d’esprit de ses interlocuteurs qui ont choisi de militer pour la stabilité et le progrès de la République. Toutes choses qui impliquent le «respect des institutions», selon le président du CNJ qui préconise la voie du «dialogue en vue d’une sortie de crise, dans les limites de la Constitution actuelle du Mali». «Les jeunes sont le présent et le futur du Mali». Amadou Diallo s’est fait sienne cette assertion du chef de l’état pour rappeler que la raison d’être du CNJ est de préserver les intérêts présents et futurs de la jeunesse.

Raison pour laquelle, la faîtière a décidé d’aller à la rencontre de tous les acteurs de la crise actuelle pour leur signifier la nécessité d’œuvrer à la réalisation du futur du Mali. Selon lui, il urge de mettre fin aux remous sociaux qui freinent les efforts vers un réel développement et qui encouragent nos ennemis dans leur entreprise de déstructuration. D’où l’urgence de revenir au dialogue. «Pas seulement pour discutailler, mais bien pour trouver des solutions concrètes aux crises institutionnelle, politique, sécuritaire, socio-sanitaire et de l’éducation», a martelé Amadou Diallo.

Sur la question de l’éducation, il a apprécié l’engagement du chef de l’état à faire appliquer l’article 39, aux fins de sauver l’école malienne. Aussi, Amadou Diallo a salué l’appel au dialogue du président de la République et la volonté du chef de l’état de mettre au service du Mali, un gouvernement ouvert à toutes les sensibilités. «En plus de ces efforts, nous savons que vous êtes à la tâche pour le Mali», a répété Amadou Diallo, tout en réaffirmant la confiance du CNJ en la capacité du président Keïta à trouver une solution politique à cette crise.

Les jeunes pensent qu’il est impératif de faire de cette crise une opportunité pour le moyen et long terme. Et dans cette perspective, ils ont recommandé un traitement diligent et inclusif de la question des réformes institutionnelles et la révision de l’agenda du Dialogue national inclusif (DNI) pour en faire une priorité nationale. Enfin, les jeunes ont souhaité un sursaut patriotique de l’ensemble des Maliens pour relever les défis de l’heure. Le locataire de Koulouba a salué l’initiative du CNJ, prodigué des conseils à ses interlocuteurs et souhaité que la jeunesse sache lire les évènements et qu’elle ne soit séduite par aucun discours éloigné du réel.

I. D.

Source: L’Essor-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Tension et répression à Bamako, le président malien fait un nouveau geste

Mali: le président IBK annonce une «dissolution de fait» de la Cour constitutionnelle

La République en danger au Mali!

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct