Malijet.co

12ème édition de la biennale de la photographie: c’est parti pour le ‘’Off’’

Le domicile du chef du quartier de Médine s’est transformé en une véritable galerie de photos, mardi passé. Et pour cause, les photographes du Mali et ceux venus des quatre coins du monde y ont élu domicile pour exposer leurs œuvres, dans le cadre de la 12ème édition de la biennale de la photographie. Il s’agit pour cette exposition, la mise en œuvre du « Off » de cette rencontre mondiale, qui est une activité annexe permettant aux jeunes photographes de se révéler au grand public, en marge de l’activité proprement dite.

 

Ces activités extra des rencontres de Bamako de la Biennale Africaine de la Photographie, qui se accompagne les rencontres de Bamako, du 30 novembre 2019 au 31 janvier 2020, est une véritables fête, à travers les rues de Bamako. C’est dans une ambiance festive que les Bamakois ont admiré les œuvres gravées sur les murs de la concession de la Rue 12 de Médine. Une satisfaction générale des organisateurs qui ont ont exprimé leur satisfaction au regard de l’engouement suscité par l’événement vis-à-vis de la population, à participer massivement à cette fête.
Seydou CAMARA, coordinateur du ‘’Off’ de faire part de sa satisfaction. « Tout le monde est content à Médine ici. Nous voyons des vieilles personnes dont la majeur partie n’a pas la possibilité de faire des déplacements pour des expositions, sont en train de savourer ces ouvres qui retracent une partie de leur vie dans un temps passé. Les enfants, des jeunes et des femmes sont tous attirés par ces œuvres et apparemment. Ils sont très contents. C’est ça, l’objectif du off des rencontres de Bamako », a-t-il dit, avant d’assurer que les activités de cette tranche se dérouleront jusqu’à la fin de la biennale de la photographie.

Piloté par le Réseau des photographes du Mali (Phot’Art), l’objectif général du OFF, explique Seydou CAMARA, est d’encourager les photographes émergents, exposer et promouvoir leur travail pendant la période de la biennale. Il s’agit singulièrement, dit-il, de fédérer toutes les initiatives des photographes indépendantes du programme officiel, dans un même parcours et d’inviter les publics à découvrir leurs créations, à partager leur regard. Organisé dans l’intérêt des photographes, par des photographes, insiste Seydou, l’idée est aussi de créer un réseau de connaissances entre galeries, collectionneurs, acheteurs, agents de photos et artistes.
« Le OFF a comme premiers bénéficiaires les jeunes photographes émergents de la scène locale, car leur donne l’opportunité d’exposer leurs œuvres. Il bénéficie ensuite aux photographes professionnels établis qui ne figurent pas dans la programmation officielle de la Biennale », a indiqué M. CAMARA. Le OFF, poursuit-il, est aussi ouvert aux photographes et vidéastes étrangers. Les projets transversaux portés par des acteurs culturels ou artistes issus d’autres domaines artistiques, dit-il, seront également bénéficiaires de la visibilité accordée par le OFF, de même que les lieux d’accueil des différents évènements. « En sommes, le OFF s’adresse à l’ensemble de la population Bamakoise avec une attention singulière pour les publics empêchés et marginalisés, n’ayant d’ordinaire que peu d’accès à la culture, notamment les jeunes et les femmes. C’est aussi en outre de permettre aux exposants d’accéder à des opportunités professionnelles », a-t-il dit.

PAR CHRISTELLE KONE

Source : Info-Matin

Vous allez aimer lire ces articles

Garankés du Mali : Une Association sur les fonts baptismaux

Exposition photographique itinérante organisé par l’Union Européenne (UE) L’excellente coopération magnifiée à travers les images

Prix annuels: Les trophées de la discorde

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct