Malijet.co

Centre du Mali : Quand la haine remplace le ‘’Sinakounya’’

Il y a moins de 10 ans, les populations du Centre du pays (la région de Mopti et une bonne partie de celle de Ségou) vivaient en parfaite symbiose. Mais à cause de cette crise imposée, elles  n’arrivent plus à parler le même langage.

D’événements malheureux en événements malheureux, c’est ce que vivent au quotidien des populations du Centre du pays ces dernières années. Dans cette crise personne n’est épargnée. Selon un rapport de l’UNICEF, le nombre de violations graves commises contre les enfants au Mali a fortement augmenté en 2019.

Les données préliminaires enregistrées par les Nations Unies montrent que plus de 150 enfants ont été tués au cours du premier semestre de 2019 et que 75 ont été blessés lors d’attaques violentes. Le recrutement et l’utilisation d’enfants dans les groupes armés ont doublé par rapport à la même période en 2018.

Selon les informations de l’UNICEF, le pic du nombre de violations graves a entraîné une augmentation spectaculaire des besoins en protection dans le Nord et le Centre du Mali.

Dans la région de Mopti, l’intensification de la violence intercommunautaire et la présence de groupes armés ont entraîné des attaques à répétition qui ont entraîné la mort et la mutilation d’enfants, leur déplacement et leur séparation d’avec leurs familles, ainsi que leur exposition à la violence sexuelle et à des traumatismes psychologiques. On estimé que plus de 377 000 enfants ont actuellement besoin d’une assistance en matière de protection au Mali.

En raison des affrontements intercommunautaires qui ont fait des centaines de victimes civiles, de la montée en puissance des groupes armés et des opérations militaires, plus de 50 000 personnes ont fui leurs foyers dans le Nord et le Centre du Mali. Le financement humanitaire n’a pas réussi à répondre aux besoins croissants, laissant bon nombre de populations bloquées sans assistance nécessaire.

Tout récemment, ce mercredi, 13 novembre 2019 dans l’après-midi, les forces de l’ordre ont été informées d’une attaque dans le village de Peh dans le cercle de Bankass. Selon un communiqué du Gouvernement, une vingtaine de personnes ont été tuées par les ennemis de la paix habillées en tenue de chasseur.

Faut-il le rappeler, que cette crise a beaucoup affecté les populations qui ont vécu des siècles en parfaite communion. Les plus hautes autorités sont fortement interpellées pour tirer au clair cette affaire qui a fortement atteint le vivre-ensemble au Centre et au Nord du Mali.

Bréhima DIALLO

22 Septembre

Vous allez aimer lire ces articles

12e édition des rencontres de Bamako: satisfecit du ministre de la Culture

Patrimoine culturel et naturel : Le Mali désormais membre du comité du patrimoine mondial

Adama Paris, retour gagnant dans la capitale mondiale de la mode

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct