“École de slam” de jeuness’art : La 4e édition dépeint la politique malienne

L’association Jeuness’Art a procédé, le samedi 15 novembre dernier, à la restitution de la 4e édition de son “Ecole de Slam”.  Dans la salle de spectrales de l’Institut Français du Mali qui a refusé du monde, les mots tenaient les rênes promenant  les spectateurs dans la “democracrise”, l’antre sombre de la scène politique malienne d’hier et d’aujourd’hui.   

Depuis 2017, l’Association  culturelle Jeuness’Art organise chaque année l’”Ecole de Slam “, une école occasionnelle qui se tient pendant les vacances et durant laquelle les participants sont formés en Slam, en techniques d’écriture et en déclamation poétique entre autres, avec à la clé un spectacle consacrant la restitution de ladite formation. L’édition 2020 financée par la Coopération Suisse à travers le programme “Star” piloté par le complexe Blonba, a tenu en haleine le charmant public venu y assister le samedi dernier à l’Institut Français de Bamako.

L’Ecole de Slam, à en croire les initiateurs, est une initiative qui entend inciter à une prise de conscience des élèves et étudiants maliens et africains à travers les activités ludiques via l’écriture, la lecture et autres expressions artistiques culturelles comme le slam. “Au début, nous voulions seulement faire des slameurs. Mais que vaut un slameur sans conscience citoyenne ? Que vaut un slameur sans véritable connaissance des droits humains ? De la lutte contre la corruption ? Des violences basées sur le genre ? De la culture générale du monde ? Il est tout simplement un être qui possède une seule réponse à mille questions”, reconnait Aboubacar Camara,  président de Jeunness’Art.

Avec comme thème “Democracrise”, cette année, les 30 jeunes formés ont, à travers les mots, dépeint les tares de la classe politique malienne d’hier et d’aujourd’hui en trempant leur plume dans l’encre de la corruption, la mauvaise gouvernance, l’incompétence des gouvernants, l’incohérence idéologique des gouvernés, le manque de repères de la jeunesse malienne et surtout l’immixtion des religieux dans la politique. “Nous l’avons dénommé “Démocracrise” en référence à la dernière crise socio-politique qui a ébranlé le Mali”, précise Sory Diakité alias Saccharose Agreable, membre de Jeuness’Art et chargé de cours d’écriture de l’Ecole de Slam.

Le spectacle “Democracrise” est riche et varié. Il est le témoignage d’une jeunesse malienne renseignée et consciente de la situation politique du pays. Une jeunesse avertie, pleine de discernement et soucieuse de l’avenir politique de son pays. Alliant humour et slam, ces jeunes ont dressé un tableau sombre des politiques partisanes au Mali mettant en scène deux camps posés, à savoir les pros IBK et anti-IBK (l’ancien président malien, Ibrahim Boubacar Kéita renversé par le coup d’Etat du 18 aout dernier,  NDLR), le tout dans une succession de scènes aussi impressionnantes les unes et que les autres. “Nous avons appris l’Art en général, nous avons appris la citoyenneté, la rigueur, la discipline, la ponctualité, la réflexion par nous-mêmes, la lutte contre la corruption, la lutte contre les Vbg et surtout la solidarité entre 30 personnes de tous bords, d’âge, de croyances, d’ethnies différents, venues de tous les angles de Bamako sinon du Mali pour converger vers un seul point : l’apprentissage”, a fait savoir Sohoye Touré, la déléguée des élèves de l’école de slam.

Quant au directeur de cette 4e édition de l’Ecole de Slam, Amadou Baba Sissoko alias H, il n’a pu cacher son satisfecit : “Le bilan est très satisfaisant. Nous sommes très honorés et fiers du bilan de l’édition 2020 malgré la situation sanitaire difficile. Nous sommes heureux de voir le nombre de slameurs de qualité augmenter et surtout des Slameurs citoyens” car, à l’en croire, “la citoyenneté est notion de base dans l’apprentissage à l’Ecole du slam”.

Même son de cloche chez le représentant du programme Star de la coopération Suisse, Ramses Damarifa : “Nous sommes très contents de faire partie de cette aventure en contribuant à sa réalisation. Je dis bravo à l’équipe de Jeuness’Art pour le travail abattu”.

Vivement la prochaine édition !                                                                                                                

Youssouf KONE

Source: Aujourd’hui-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

5e numéro de l’émission “au cœur de l’économie” : La relance du tourisme au cœur des débats

Kore Baro : Livre : “La métamorphose”, met à nu l’effritement de nos valeurs socioculturelles

Inter-biennale de photographie : La 2e édition innove !

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct