Malijet.co

Exposition : « Inaudible », la femme qui se bat pour les hommes

Bamako, 17 mars (AMAP) La galerie d’art contemporain de Bamako ou «Art Galerie» présente, du 14 mars au 30 avril prochain, l’exposition intitulée «Inaudible» de l’artiste plasticienne, Mariam Ibrahim Maïga,  dont le vernissage s’est déroulé, le weekend dernier, à Baco Djicoroni, en présence de plusieurs opérateurs culturels et artistes.

L’exposition, «Inaudible», gratuite et ouverte au public, du mardi au samedi, de 13 heures à 18 heures. L’artiste, bien connue pour la qualité de ses productions, dénonce ce qui est devenu, aujourd’hui, tabou pour les hommes face aux femmes. Sur le revers d’une affirmation de l’estime de soi féminin, l’artiste lance un cri du cœur aux hommes qui ruminent en silence leur souffrance.

Ces œuvres renvoient ainsi à penser aux droits des hommes. Les tableaux de Mariam Ibrahim Maïga décrivent  le contexte actuel de notre société, tout en mettant en évidence les stéréotypes sur les violences contre les hommes par leurs compagnes. «Pourquoi tant de cruauté, de haine, de mépris. Nous sommes tous des humains et méritons de vivre en paix»,  est le message que l’artiste veut véhiculer à travers cette exposition.

Environ une quinzaine de tableaux qui expriment les violences faites aux hommes. Contrairement à plusieurs artistes féminines qui travaillent sur les violences faites aux femmes, Mariam Ibrahim Maïga pense que les hommes sont aussi, souvent, violentés par leurs compagnes. Mais, ils n’ont pas le courage de le dénoncer. «Donc, en tant qu’artiste engagée, j’ai décidé, dans le cadre de la célébration du 8 mars, d’évoquer cette préoccupation des hommes», a-t-elle soutenu.

Selon l’artiste, «Inaudible» est aussi une invitation à l’introspection, à la franchise et, par la suite, à une corrélation entre la femme et l’homme. Mais c’est, également, une exhortation à la prise de conscience et à la valorisation féminine, non seulement à travers la reconnaissance des capacités réciproques, le respect du rôle et de la place de tout un chacun dans la société mais, aussi, à l’éveil des consciences sur un aspect qu’on évite d’aborder.

Mariam Ibrahim Maïga est une artiste plasticienne, originaire de Gao. Très vite, elle comprend que sa destinée est de devenir artiste. Ce qui l’amène à s’investir, à l’âge de 12 ans, dans la création à travers des dessins.

Diplômée du Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasseké Kouyaté, elle  commence sa carrière professionnelle en 2012. Elle est, aujourd’hui, promotrice  de Siif Arts et Tim Art. L’artiste a, à son actif, plusieurs expositions nationales et internationales, notamment «Sous le manteau islamique», «Indépendance», « Je me libère et j’évolue», «Ame de mérite».

Elle a, également, participé à plusieurs ateliers et résidences de créations régionales.

AS/MD (AMAP)

Vous allez aimer lire ces articles

Tourisme : COVID-19, le cercueil du tourisme au Mali

« Au cœur de l’effort » : un récit autobiographique qui incite à la lutte pour nos désirs

Cheick Diallo, un maître africain du design

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct