Le Samedi 22 février 2020, a eu lieu la clôture de la 12e édition de la Rentrée littéraire 2020 au Grand Hôtel de Bamako. Pour cette édition, trois prix ont été décernés.

« Diane et les images » de Corinne Chandra Diallo, « La civilisation de l’Ersatz » de Djawad Rostom Touati et Meurtre sous le point des indigents de Mohamed Diarra ont été les livres retenus cette année pour le prix littéraire 2020.

Le prix de l’Union Européenne du premier roman est revenu à Corinne Chandra Diallo pour son livre « Diane et les images : contes initiatiques d’ici et là-bas », publié en coédition par La Sahelienne-Editions et Renaissance Arts et lettres. La valeur de ce prix s’élève à 1 million de F CFA.

Le prix Massa Makan Diabaté, d’une valeur de 2 millions de F CFA, a été décerné à Mohamed Diarra pour son livre « Meurtre sous le pont des indigents ». Un ouvrage publié chez les éditions Harmattan.

Le Lauréat du prix Ahmed Baba revient cette année à Djawad Rostom Touati pour son livre « La civilisation de l’Ersatz », publié aux éditions APIC. La valeur de ce prix 3 millions de FCFA.

Selon le président du jury, Gaoussou Drabo, le prix « Ahmed Baba » attire de plus en plus les écrivains du continent africain, voire ceux d’autres pays du monde.

Comparativement au nombre de postulants de la 11e édition, l’ex-ministre Gaoussou Drabo annonce l’augmentation des écrivains qui ont participé à cette 12e édition. À cette occasion, le président du jury a expliqué le règlement du prix « Ahmed Baba ». A l’en croire, seuls les livres publiés au cours des deux dernières années ont participé à cette édition 2020.

D’après le président, les membres du jury tranchent en tenant compte de certains critères d’évaluation : la maitrise de la langue, l’intérêt du thème choisi, l’originalité dans la construction des idées et la qualité du livre. Il précise que ces critères font l’objet de notation de la part des membres du jury pour pouvoir sélectionner le lauréat de l’année.

Pour Mme Diarra Sanogo, représentante du ministre de la Culture, la rentrée littéraire ne fait que promouvoir la lecture et l’écriture. Elle a précisé que la ténue de ladite rentrée est devenue un évènement « phare » du département de la Culture. « Pendant une semaine, les littératures africaines et mondiales ont été mises en lumière. Cela, via les cafés et ateliers littéraires, les échanges et discussions littéraires ».

Pour sa part, le Directeur de la Rentrée littéraire, Ibrahima Aya, s’est réjoui de la bonne tenue de l’édition 2020, tout en précisant que la 13e édition de la rentrée littéraire 2021 est prévue du 16 au 20 février 2021. Même si aucun des bénéficiaires des trois prix n’était présent dans la salle, les prix ont été remis à leurs représentants.

Mamadou Diarra

Source: Journal le Pays- Mali