Malijet.co

Payement des redevances des droits d’auteur par Orange-Mali : “Grâce à cet argent, les artistes maliens ont bien fêté le Tabaski ! ” dixit un artiste bénéficiaire

Du jamais vu au Mali ! La clé de répartition du montant versé par la Société de téléphonie Orange Mali au titre des redevances des droits d’auteur a été faite dans les règles de l’art, avec professionnalisme. Pour la période du 1er juillet 2017 au 31 décembre 2018, Orange a versé 900 millions de Fcfa au Bureau malien du droit d’auteur (Bumda).

Pour répartir cette somme entre les bénéficiaires, le Bureau malien du droit d’auteur (Bumda) s’est basé sur l’Arrêté 2039/MC/ du 25 juillet 2019 fixant les modalités de répartition des redevances du droit d’auteur et des droits voisins. Ce n’est pas tout. Le Bumda s’est également basé sur Wipocos, un logiciel permettant aussi la répartition des droits dans le domaine de la musique. C’est dire que le travail a été fait dans le professionnalisme.

Et pour la première fois, un artiste malien a empoché plus de 18 millions de nos francs, considéré comme le plus gros montant cette année et le plus bas est de 49 000 Fcfa. D’où la grande joie des bénéficiaires surtout à la vieille de la fête de Tabaski. “Grâce à cet argent, vraiment, nous avons bien fêté avec nos familles. Je profite de cette occasion pour vraiment adresser mes sincères félicitations au ministre de la Culture, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo pour les efforts déployés afin d’améliorer les conditions des artistes maliens. Je félicite aussi le professionnalisme de la directrice du Bumda par rapport à la répartition de cet argent”, nous a précisé un artiste très connu de la place les larmes aux yeux. Avant de préciser : “C’est vrai que je suis un artiste très connu, mais à vrai dire, je n’ai jamais eu une telle somme depuis que j’ai commencé à recevoir mes droits. Donc, c’est une grande première que nous saluons”. 

Il faut rappeler que les bénéficiaires sont surtout des artistes dont leurs œuvres ont été exploitées par la Société Orange-Mali.

En tout cas, le Bureau malien des droits d’auteur (Bumda) sous le leadership de Mme Diallo Aïda Koné bouge à merveille, lentement mais sûrement, pour le plus grand bonheur de nos artistes toutes catégories confondues. C’est dire que le vaste chantier d’innovation est en marche.

El Hadj A.B. HAIDARA

Source: Aujourd’hui-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Nogochi : Une fresque fantastique et mystique

HERITAGE D’ALI FARKA TOURE : Un studio moderne inauguré pour reprendre le flambeau laissé par le bluesman du désert

ART CULINAIRE ET DÉVELOPPEMENT : la «Vieille Marmite» aux Etats-Unis pour promouvoir le savoir-faire malien

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct