Décédé le 10 novembre à Istanbul : ATT repose désormais au cimetière d’Hamdallaye

Décédé le 10 novembre 2020  en Turquie des suites d’une maladie, l’Ancien Président de la République, Feu le Général Amadou Toumani Touré dit ATT a été conduit à sa dernière demeure, le mardi 17 novembre, par une foule nombreuse composée de parents, amis, frères, sympathies…au cimetière d’Hamdallaye.

Un Baobab est tombé ! Oui, le Général Amadou Toumani Touré n’est plus ! L’ancien Président de la République a tiré sa révérence, le 10 novembre 2020, à Istanbul, en Turquie, soit 6 jours seulement après son 72ème Anniversaire.

La disparition de celui fut le Soldat de la démocratie a été accueillie au Mali et partout dans le monde comme une grande perte, pour qui connait le parcours de l’homme. Dès l’annonce de son décès, beaucoup de gens n’en croyaient pas. “Oui, le Mali vient de perdre un Grand homme. ATT était un bâtisseur, un rassembleur, un homme humble. Oui, ATT est parti tôt, sans nous avertir. C’est une perte énorme pour le Mali et pour l’Afrique”, disait un de ses anciens collaborateurs les larmes aux yeux. Ce fut ensuite une pluie de messages de condoléances au Mali comme dans plusieurs pays par des personnalités, qui ont connu l’homme.

Pour la petite histoire, les messages de condoléances et de témoignage sur l’Homme ont sûrement battu le record sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook. Chacun faisait son petit témoignage. Pour dire qu’ATT était simplement un Homme extraordinaire.

Dès l’annonce du décès, le domicile d’ATT à l’ACI était toujours rempli de monde. Et plusieurs personnalités maliennes et étrangères s’y sont rendus pour présenter leurs condoléances à la famille, notamment à son épouse Lobbo Traoré et ses enfants Fanta et Mabo.

Vendredi 13 novembre, les autorités Turques ont rendu un vibrant hommage à l’ancien Président de la République, Amadou Toumani Touré, en présence de son épouse Lobbo Traoré, de l’Ambassadeur du Mali à Ankara, Mohamed Ali Ag Ibrahim, ainsi que des étudiants maliens vivant en Turquie. Cela, à travers une prière à la Grande mosquée d’Istanbul.

Samedi 14 novembre, ce fut l’accueil de la dépouille à l’Aéroport international Modibo Kéïta. C’est aux environs de 4 h 14 mn que l’avion présidentiel, dépêché pour la circonstance, a atterri sur le tarmac. A bord, il se trouvait une dizaine de Généraux de la 4ème promotion de l’Emia et Mme Touré Lobbo Traoré.

Ils  étaient très nombreux à sortir massivement pour accueillir la dépouille. Il s’agit du vice-président de Transition, le Colonel Assimi Goïta, le Premier ministre Moctar Ouane et plusieurs autres personnalités dont des anciens Premiers ministres, des ministres, des députés…En un mot, toutes les couches  étaient là.

Et l’émotion fut grande quand le cercueil d’ATT est apparu. Beaucoup de gens n’ont cessé de faire couler des larmes, tout comme les enfants d’ATT, à savoir Fanta et Mabo. Le gendre d’ATT, Mohamed Kéïta, ne faisait que pleurer pour le repos de l’âme de celui qu’il a toujours considéré comme son père. Le vice-président Assimi Goïta et le Premier ministre Moctar Ouane se sont recueillis sur le corps, tout comme Fanta et Mabo.  Ensuite, le long cortège s’est dirigé vers l’ex- Institut Marchoux à Djicoroni-Para pour y déposer le corps.

Mardi 17 novembre 2020, un dernier hommage a été rendu à l’Ancien président de la République à la Place d’arme du Génie militaire, à travers les obsèques nationales. Là aussi, toute la République était présente à commencer par le président de Transition, le Colonel Bah Ndaw, le vice-président Assimi Goïta, le Premier ministre Moctar Ouane, sans oublier les délégations étrangères venues de différents pays pour présenter leurs condoléances.

Les anciens présidents, à savoir Alpha Oumar Konaré et le Professeur Dioncounda Traoré étaient tous présents, tout comme les Anciens Premiers ministres (Mohamed Ag Hamani, Modibo Sidibé, Ousmane Issoufi Maïga, Mariam Kaïdama Sidibé….)…

Ils étaient venus de tous les coins et recoins du Mali pour être des témoins oculaires. Plusieurs bus avaient quitté Mopti, la Venise malienne et d’autres localités de l’intérieur du Mali.

Marche funèbre, témoignages des anciens collaborateurs par Seydou Sissouma, des anciens promotionnaires par Souleymane Yacouba Sidibé et de la famille Touré par Mlle Lobbo Coulibaly, défilés des troupes terrestres, tels étaient les temps forts de cette cérémonie de funérailles organisée à la dimension de l’Homme, ATT.

Le Général de division, Amadou Sagafourou Guèye, Grand chancelier des Ordres nationaux, a présenté les condoléances du Président Bah Ndaw à la Famille Touré. “La mort puisque c’est d’elle qu’il s’agit vient encore éprouver ce Peuple que le sort n’a pas épargné ces derniers temps et Allah (SWT) vient de nous prouver une fois de plus, comme s’il en était besoin, qu’il est le Seul Maître de l’Univers, faisant et défaisant gloire et renommée, donnant et ôtant la vie, au moment et au lieu qu’il choisit.

L’ange de la mort a accompli sa mission, et le Mali, en l’espace de deux mois, vient de perdre deux des hommes qui ont marqué de leurs empreintes son histoire, deux des hommes aux destins liés, deux anciens présidents : Feu le Général Moussa Traoré et Feu le Général Amadou Toumani Touré. Et comme un clin d’œil de l’histoire, le destin les a fait se suivre dans la mort dans le même ordre qu’au Pouvoir. Rendons grâce à l’Eternel.

Au nom du président de la Transition, chef de l’Etat, Grand maître des ordres nationaux, au nom des membres du Conseil des Ordres nationaux et à mon nom propre, je présente à la famille, aux parents, amis, alliés, anciens compagnons d’armes de l’illustre disparu, mes condoléances les plus attristées.

Vous avez ensemencé un immense jardin, vous avez semé dans le cœur de toute une génération l’amour de la patrie et de l’autre, le respect de la parole donnée, le désir constant d’aller de l’avant dans le bien pour l’édification d’un Mali Uni, puissant, indivisible et en paix”, a souligné le Général Sagafourou Guèye. Avant de rappeler : “Qui au jour des obsèques de Feu le Général Moussa Traoré en y voyant arriver l’humilité faite homme, avec sa bonhomie coutumière, qui dis-je, aurait pu imaginer que ce serait la dernière grande apparition publique de l’Ancien Président Amadou Toumani Touré ?

Hélas, comme l’écrivait Sophocle : “La mort est le seul mal dont l’homme ne peut se préserver”. Devant la dépouille mortelle de feu le Général Amadou Toumani Touré devant cette foule nombreuse, silencieuse dans une attitude empreinte de gravité, face au peuple malien, les mots ne rendront jamais ce que fut l’homme, pour sa famille, son pays, l’Afrique et le monde”.

De sa naissance le 4 novembre 1948 à Mopti à son décès le 10 novembre 2020 à Istanbul, dira Amadou Sagafourou Guèye, que de chemin parcouru par cet enseignant de formation qui épousa le métier des armes en 1969. “Très vite, son dynamisme, sa discipline et son désir ardent de se faire sa place dans le milieu militaire, le distinguèrent aux yeux de sa hiérarchie qui donna alors au jeune ATT la chance de faire ses preuves et de gravir les échelons commença alors le parcours de combattant de ce leader né, à l’intelligence au-dessus de la norme.

Sa formation d’élève Officier terminée en 1972 à l’Ecole militaire Interarmes (Emia) de Kati, voilà le jeune Amadou Toumani Touré, entre les grandes écoles militaires de l’EST (Ecole Supérieure des Troupes Aéroportées de Riazan en Urss à l’époque, de 1974 à 1975) et de l’Ouest celles de la France en particulier : Centre national d’entrainement Commando de Mont Louis en 1978, Ecole Supérieure de Guerre Inter-armes de Paris (1989-1990) et le Cours supérieur Inter-armes toujours à Paris en 1990″, précisera le Grand chancelier des Ordres nationaux.

Selon lui, toutes ces formations, qui ont permis de s’aguerrir mais aussi de créer de multiples contacts, seront capitalisées par le jeune Officier pour lui assurer, de façon régulière, les promotions indispensables. C’est ainsi que du 1er octobre 1974 au 1er octobre 1996, Feu Amadou Toumani Touré passa du grade de Lieutenant à celui de Général d’Armée.

Dans cet intervalle de temps, dira Amadou Sagafourou Guèye, Feu Amadou Toumani Touré a assuré avec brio le Commandement de la garde présidentielle du 28 avril 1981 au 30 mars 1984 et par deux fois le Commandement du bataillon d’élite des Paras commandos : janvier 1984 puis mars 1991.

“Quoique Dieu et la nature aient fait tous les hommes égaux, certains par leur destinée, leur ardeur au travail, les grands efforts qu’ils font, se séparent des autres et se mettent à un rang plus haut, par les charges et les emplois que leurs concitoyens leur confient. De cette trempe, était feu Amadou Toumani Touré et son destin national fut scellé un jour de mars 1991, le 26 précisément, lorsque après le renversement du régime en place, ses pairs lui confièrent la Présidence du Comité de réconciliation nationale et la coordination des associations et organisations du mouvement démocratique adhéra à ce choix, en donnant son aval pour la nomination du Lieutenant-Colonel Amadou Toumani Touré comme président du Comité de Transition pour le Salut du Peuple.

Le Mali venait par cet acte d’ouvrir l’une des plus belles pages de son histoire moderne car, malgré les difficultés conjoncturelles, les vicissitudes de la géopolitique, un homme d’Etat était né”. Parole du Grand chancelier des Ordres nationaux.

Après la lecture de l’oraison funèbre par le Général de division Amadou Sagafourou Guèye, la dépouille a été remise à la Famille Touré pour les cérémonies religieuses. Et l’imam de Koulouba, Abderrahmane Touré, a eu l’insigne honneur de diriger la prière mortuaire. Ensuite, Amadou Toumani Touré a été conduit à sa dernière demeure par une foule de grands jours au cimetière d’Hamdallaye. Jamais une telle mobilisation au Mali. Il a fallu une bonne minute pour que le corps encadré par des forces armées puisse rentrer au cimetière plein à craquer.

Après, une séance de lecture du Saint Coran, d’invocations d’Allah et de bénédictions s’est déroulée au domicile d’ATT à l’ACI où plusieurs personnalités étaient présentes.

Selon des sources proches de la famille, les cérémonies pour le 40ème jour du décès d’ATT auront lieu dans la Venise malienne, Mopti, sa ville natale.

 

El Hadj A.B. HAIDARA

 

Source: Aujourd’hui-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Koutiala : une quinzaine d’artisans formés sur les techniques de tissage et de teinture

San : 80 femmes outillées sur la loi 052 et sur les techniques de gestion des conflits

Ségou : plus de 1200 tonnes d’aliments bétails, 1292 tonnes de céréales pour un montant de 300 millions distribués dans la région

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct