Malijet.co

Vandalisme à la Cité des Maliens de l’Extérieur : Amadou Koita condamne

Après les actes de vandalisme posés par un groupe de migrants de retour d’Algérie, le 05 mars 2020 dans la Cité d’Accueil des Maliens de l’Extérieur, Amadou Koita, Ministre des Maliens de l’Extérieur a rencontré la presse ce jeudi 12 Mars au sein de la cité des Maliens de l’Extérieur. Il s’agissait de rendre compte des efforts du Gouvernement et de ses partenaires en matière de protection et d’assistance des Maliens de l’Extérieur. Il avait à ses coté le chef de la mission de l’OIM, le président du haut Conseil des Maliens de l’Extérieur, le représentant du CSDM et les membres de son cabinet.

Le ministre a condamné sans réserve ces actes commis dans la Cité qui sont, sans doute, un espoir pour tous les Maliens qui rentrent dans des situations difficiles. Il a indiqué que le rôle du Département est d’assurer la protection de nos compatriotes mais cela doit se passer dans le respect de la loi. Pour lui, rien ne justifie un tel acte indigne du groupe de migrants.

« Immigrer » est devenue aujourd’hui la solution pour de nombreux jeunes africains. Et le Mali ne fait pas exception. Cependant, la plupart d’entre eux se rendent compte que l’Europe n’est pas l’eldorado dont ils ont tant entendu parler et rêvent. Cependant, ils sont nombreux à se faire rapatrier. A leur arrivée au pays, le gouvernement Malien se s’occupe de ces jeunes qui se sentent souvent désorientés et totalement perdus.

Depuis près de deux ans, l’Etat malien y alloue un budget pour faciliter leur rapatriement. C’est pour soutenir cette action que « la cité des Maliens de l’extérieur » est construite avec une capacité d’accueil de 400 personnes. Le ministère de la santé, assure la prise en charge sanitaire de ces immigrés dès leur arrivée au pays. A cela s’ajoute les efforts du ministère de la solidarité qui couvrent tous les besoins alimentaires. C’est dire que l’Etat fait le minium pour accueillir ces jeunes immigrés.

En 2019, 8 000 rapatriés ont été accueillis dans la cité des trois caïmans. Et depuis sa création 10 000 immigrés y ont séjourné. Des jeunes qui été mis dans les conditions les plus normales. Un soutien qui commence par la prise en charge des frais de transport vers leurs villages d’origine dont le montant s’élève à 52 000FCFA par personne.

Ces jeunes ont choisi de quitter volontairement leur pays : « Rien ne peut justifier d’autres revendications que celle d’être pris en charge » Indique Amadou Koita, Ministre des Maliens de l’Extérieur. Aussi ajoute-t-il : « Aucune raison ne peut justifier un tel acte ». Détruire des biens qui ont servis à vous mettre à l’abri d’un certain nombre de besoins est un acte ignoble et sans excuse. Car ces mêmes biens vont servir, sans aucun doute, à accueillir dans le futur d’autres citoyens se sentant dans le besoin.

Adam DIALLO

Source: Bamakonews

Vous allez aimer lire ces articles

COVID19 en Afrique : La France continue de rapatrier ses citoyens en danger.

COULOIRS HUMANITAIRES (COVID-19): 239 Maliens rapatriés par bus du Sénégal ce vendredi

Diplomatie : L’ambassade du Mali en deuil

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct