Dicko veut la tête du PM aujourd’hui: Les crimes du «fils » renié

Avril 2019, lorsque Mahmoud Dicko obtenait la tête d’un Soumeylou Boubèye Maïga vilipendé pour son refus de courber l’échine face à la horde des hybrides, son successeur Boubou Cissé, ministre de l’économie et des finances réalisait avec farce quelques heures plutôt, le rôle qui lui échoirait.

 

En vieux dinosaure de l’échiquier, le Président Ibrahim Boubacar Keïta, entérine la nomination de celui qui portait les valises d’argent chez son oncle Dicko de la tant admirée et sulfureuse commission de bons offices. Treize mois après, une impasse née de divergences de points de vues entre le père et le fils, donne place au reniement de liens alors clamés avec véhémence.

Quelques semaines après la nomination de Boubou Cissé à la primature, l’Imam Mahmoud Dicko avait quasiment déposé les armes. Il venait à ce moment là d’obtenir deux choses : la tête d’un Tigre redouté et l’arrivée de celui qu’il considère comme un « fils ». Celui-là même qui lui a été confié par sa famille pour sa protection.

Sous la direction d’Abdoulaye Idrissa Maïga, Boubou jouait le rôle de fusible entre son oncle et le régime en place. Soumeylou Boubèye Maïga au secrétariat général de la présidence régnait en maître des lieux. Du haut de la colline de Koulouba, il tente sans succès de mettre fin aux avantages qu’il jugeait de trop, accordés à Dicko. Ce n’est qu’au lendemain de sa nomination que Soumeylou parviendra à couper le robinet. Une situation que Dicko n’a jamais imputée au simple ressort du chef de l’Etat, mais qui le pousse à se radicaliser contre le système en place. Mais entre Dicko et Soumeylou, la haine est viscérale.

Si pour l’Imam Dicko, il faut négocier avec les hommes armés du centre pour venir à bout de la crise, pour Soumeylou Boubèye, il n’y a que l’accroissement des moyens d’actions de l’armée qui peut mettre fin aux ambitions des fous de Dieu. Dans sa méthode forte, SBM soutient qu’il est hors de question que l’Etat continue à financer son armement, par d’autres canaux, se met à financer des tractations occultes aux relents capitulards.

Il faut dire que la nomination de Boubou à la primature sonnait pour Dicko comme l’occasion de prendre le contrôle de l’appareil étatique jusqu’ici aux ordres de Soumeylou. Erreur d’analyse.

Trois mois de prise de fonction ont suffit à l’entourage de réaliser que celui sur qui il comptait pour reprendre les choses en main, a pris du galon. Boubou clame aux ouailles de Dicko, ne devoir son poste qu’au Président de la République. Alors que d’autre part, la CMAS a été créée dans le dessein de parrainer le « fils » de l’Imam au grand dam du Rpm. Il était question d’aller à des législatives, donner un poids politique à la CMAS et préparer l’ascension du « fils ».

Informé de ce qui se tramait, le Chef de l’Etat rappelle son PM à l’ordre. Il est enjoint à faire le déplacement jusqu’au domicile de Mahmoud Dicko pour lui dire, en présence des proches du Président qu’il n’était pas partant pour l’initiative de la CMAS.

Indécis et déçu, Mahmoud Dicko accueille l’acte de Boubou comme une humiliation. Sur le champ, face à la menace du Président de limoger Boubou, Issa Kaou N’Djim, le gendre de Dicko est appelé par Boubou en personne, à l’insu de Dicko, leur protecteur, à tenir une conférence de presse au cours de laquelle il annoncera la non participation de la CMAS aux législatives du 29 Avril. Chose faite.

Quant au Président Keïta, il est rassuré et s’achemine à reconduire Boubou à la tête d’une nouvelle équipe de 37 ministres. Pour lui donner une caution, il est appelé à annoncer la fin du couvre-feu et des mesures fortes à la télévision nationale.

Mais, pour l’Imam Dicko qui s’est vu trahi, il faut faire couler Boubou Cissé qui l’a humilié. Ainsi, il se fourre dans le scandale des blindés (une révélation de La Seconde en séries) pour y arriver.

La goutte d’eau qui fait déborder le vase c’est le jour où l’Imam Dicko s’est vu convoqué au tribunal, lui qui se croyait intouchable.

Alors qu’en famille, au soir même de sa convocation infructueuse, Boubou Cissé s’est rendu à son domicile pour jurer sur la tombe de son père n’avoir pas été informé d’avance d’une telle action en cours, l’Imam ne décolère pas. Mieux, les sacs de sucre que lui a envoyés le « fils » ainsi que la Toyota Land Cruiser V8 qu’il avait réceptionnée sans jamais utiliser, sont retournés à son donateur.

Il faut comprendre l’agitation du fameux Issa Kaou N’Djim qui réside dans le fait que Mahmoud Dicko à qui il doit tout, l’accuse d’avoir obtenu des faveurs de Boubou, sans qu’il rende compte. Pour se dédouaner, Issa Kaou jure le contraire. Il va jusqu’à dire qu’il va prouver à l’Imam être fidèle et même disposé à faire partir le Chef de Boubou, en l’occurrence IBK. Un autre fait qui explique le déphasage entre les sorties prétentieuses de N’Djim et la vraie position de Dicko.

Mais une chose est sure, Boubou Cissé qui ne pourra pas obéir à deux chefs, va faire ses valises. A la différence de ceux qui tiennent à la vengeance et à la quête du profit, l’Imam Dicko qui se sait mal entouré d’une classe politique vorace, mesure également les conséquences désastreuses d’un éventuel départ précipité d’un Président démocratiquement élu, dans un monde occupé par la pandémie à Covid-19. Il faut dire que le fond de la fosse est assez sombre pour parier qu’on en sortirait de sitôt.

Salimata Fofana

Source : La Seconde

Vous allez aimer lire ces articles

Mali : l’ONU et ses partenaires condamnent les violences et appellent au dialogue

Après la mort d’une vingtaine de jeunes par Forsat : Qu’espérons-nous désormais d’IBK ?

Mahmoud Dicko sur France 24 hier : “ Il n’en est pas question que nous parlions du gouvernement d’union tant que…’’

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct