Le Gouverneur du District de Bamako et le maire de la Commune III s’expliquent

Les syndicats des enseignants signataires du 15 octobre ont manifesté, le mercredi dernier à Bamako, pour exiger l’application de l’article 39 de la Loi N°2018-007 du 16 janvier 2018, portant Statut du personnel enseignant de l’Enseignement secondaire, de l’Enseignement fondamental et de l’Éducation préscolaire et spéciale. Cette marche a été dispersée par la police, occasionnant des arrestations et des blessés, mais aussi des casses. Selon le maire de la Commune III, leur «»

 

La dernière manifestation des enseignants contre la non application de l’article 39 n’est pas allée à son terme. Elle a été dispersée par les forces de l’ordre pour la simple raison qu’elle n’était pas autorisée par les autorités compétentes. Plusieurs personnes se sont interrogées sur les incidents malheureux de la dernière marche alors qu’on a eu beaucoup de marches des enseignants à Bamako qui se sont bien déroulées.Face à la situation, la mai-rie de la Commune III, où s’est tenue la manifestation et le gouverneur du District de Bamako ont apporté des explications et le bilan des dégâts causés par cette manifestation. Dans une lettre réponse adressée aux syndicats des enseignants grévistes, le maire de la Commune III avait notifié à ceux-ci que leur «lettre d’information de marche n’a pas rempli toutes les conditions nécessaires conformément aux textes en vigueur…».

Normalement la lettre devrait être déposée 72 heures avant la manifestation alors que la déclaration est faite, le 6 mars 2020, celle-ci était reçue, le 09 mars 2020, sous le N°0859.De même, selon la lettre de la mairie, la demande des enseignants ne respectait pas l’arrêté N°057/GDB.CAB du 04 décembre 2019 portant règlement de certaines zones et lieux sensibles dans le District de Bamako.

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ PLUS L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU VENDREDI 13 MARS 2020

KADOASSO I.

NOUVEL HORIZON