Le directeur général de l’Office Central des Stupéfiants du Mali (OCS) le magistrat Colonel Adama Tounkara a présidé la cérémonie de clôture de l’atelier de cinq jours sur les techniques d’enquêtes sur les stupéfiants. C’était à l’hôtel de l’Amitié de Bamako, le vendredi 14 février 2020, en présence des partenaires.
 

Etre apte et flexible pour faire face au nouveau mode opératoire des trafiquants de drogue et criminel est le but de cette formation destinée aux enquêteurs de l’office central des stupéfiants.

Les objectifs de cet atelier étaient d’outiller les enquêteurs des notions basiques sur les techniques d’investigation en matière de stupéfiants, permettre un changement de comportement de l’enquêteur dans la conduite des enquêtes.

Passer du réactif au proactif pour répondre aux exigences que requiert la lutte contre le trafic de drogue et les crimes organisés. Les enquêteurs ont bien appris la leçon et partager leur connaissance.

Durant cinq jours, dix-huit thèmes ont été débattus parmi lesquels nous pouvons citer ; le cours initial de trafic de drogue ; l’introduction à la description des taches d’un enquêteurs sur les drogues, l’exploitation des données téléphoniques, l’utilisation des tours de téléphonie cellulaire et de service de localisation pour la surveillance. Les débats ont porté également sur la recherche de preuve traditionnelle et technologique lors d’une perquisition, l’aperçu sur les lois et règlements du Mali en matière de drogue ; des douanes maliennes, autorité de saisie et questions de juridiction ; l’importance de la coopération et de la coordination dans la lutte contre la drogue et la criminalité organisée ; précurseurs de drogue et autres accessoires y affèrent ; les itinéraires, les modes de dissimulation et les tendances du trafic.

Etre au rendez-vous de la nouvelle technologie, le GPS (Global Positionning, System), la reconnaissance des précurseurs utilisés dans la fabrication des engins explosifs improvisés, la création de l’office central des stupéfiants ont été au cœur des échanges.

Toutefois, le directeur général de l’office central des stupéfiants le magistrat colonel Adama Tounkara se réjouit de cette formation. Selon lui, ces échanges ont permis de renforcer la capacité des enquêteurs, sur les lois, et nouvelles technologies d’enquêtes.

Tounkara a remercié, les partenaires pour leur collaboration dans le cadre de la tenue de cet atelier. Pour lui, désormais sont aptes à répondre aux différentes tactiques des trafiquants de drogues et criminel. Il rassure que les recommandations seront prises en compte pour renforcer d’avantage la coopération.

Source: Journal La Sirène-Mali