Collège Horizon du Mali / L’administration et le syndicat d’enseignants à couteaux tirés

Le licenciement abusif de sept enseignants selon le syndicat d’enseignants du Collège Horizon et la signature d’un nouveau contrat à durée déterminée à la place de celui à durée indéterminée, sont entre autres la pomme de discorde entre cette école privée et son syndicat enseignants.

collège-horizon mali

La rentrée scolaire 2013-2014 s’est effectuée hier 1er octobre 2013 sur l’ensemble du territoire national au niveau des écoles publiques et privées. Mais, elle s’est effectuée au moment même où l’une des écoles privées phare du Mali, «Collège Horizon», est à couteaux tiré avec son syndicat d’enseignants. C’est ce qui a été constaté hier à la devanture du Collège Horizon d’Hamdallaye ACI 2000. Pour que  les uns et les autres sachent qu’un différend l’oppose à son employeur, le syndicat d’enseignants du collège Horizon, a tenu un Sit-in à la devanture de l’école hier matin. Le syndicat dirigé par Isiaka Diarra réclame à l’administration du Collège Horizon la réintégration de 7 enseignants licenciés contre la volonté de l’inspection du travail. Le tort qu’auraient commis ces derniers selon le syndicat, est la lutte syndicale qu’ils mènent. Ils demandent aussi au Collège de renoncer au nouveau contrat que 31 enseignants ont refusé de parapher, car estimant que les clauses semblent être esclavagistes. Par exemple a expliqué le secrétaire général adjoint du syndicat, Housseyni Ben Barka « si l’employé démissionne avant la fin du contra, il devra verser à l’employeur l’équivalent de la moitié de ce qu’il a perçu pendant la période du début du contrat jusqu’à sa démission». Collège Horizon semble défier même les décisions des autorités du pays, ont souligné les frondeurs. « Quand l’affaire du licenciement est arrivée à l’Inspection du travail, cette structure de l’Etat à directement donné un avis défavorable. Malgré tout, l’école s’entête et refuse de revenir sur sa décision de licenciement», a souligné le secrétaire général adjoint. Avec le nouveau contrat de travail, on nous propose 40 heures par semaines contre 36 précédemment. C’est pour quoi, nous avons demandé l’augmentation des salaires, car nous travaillons beaucoup et on gagne moins. Les enseignants demandent encore le paiement des heures supplémentaires, la cessation des mutations arbitraires, l’uniformisation du programme de l’enseignement primaire, etc. Les Collèges  Horizon de Korofina, Badalabougou, selon les syndicats d’enseignants d’Hamdallaye Aci 2000, concerné par les problèmes ont aussi fait des sit-in. D’autres actions suivront ce sit-in, nous ont-ils dit.
Quel est la version de l’administration de collège Horizon ?
Selon Selman Tezgel, chargé des médias du Collège, les enseignants grévistes demandent des choses qu’on ne peut pas faire pour l’instant. S’agissant de l’augmentation de salaire, ils oublient que nous nous faisons face au payement des locations, de l’électricité, de l’eau, des taxes, de l’impôt, de l’équipement, des salaires des 400 maliens qui travaillent avec nous et des 70 turcs. Par rapport au contrat de travail, nous n’avons pas fait au hasard. «Nous avons quitté du contrat à durée indéterminé au contrat à durée déterminée, car l’administration a changé. On veut la réorganiser à travers cet acte. Ce contrat avait été signé par le premier directeur de l’école qui n’est plus là. On a travaillé ensemble avec les autorités maliennes sur ça.». Par rapport aux licenciements, a-t-il dit, les personnes remerciées n’ont pas été licenciées pour leur militantisme syndical. « On les a licenciés, car ils ne respectent pas les règlements de l’école. On a recruté d’autres enseignants qui ont des diplômes. Car nous estimons qu’avec  ceux qu’on a eu le différend, il sera difficile de travailler dans la confiance », a conclu Selman.
Hadama B. Fofana

Source: Lerepublicainmali

Vous allez aimer lire ces articles

Harmonisation dans le système éducatif au Mali; l’Etat exige l’enseignement du programme officiel par les privées

2ème cycle de l’école Tiemory Cissé de Saye : 209 élèves pour seulement 3 enseignants

Trois écoles baptisées en Commune III du District de Bamako : Feus Monzon Traoré, Gaoussou Dabo et Warké Diarra, pionniers de l’école malienne, immortalisés

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct