Malijet.co

Crise scolaire : Les infatigables adoptent une nouvelle mesure !

Après un dépôt de préavis de grève de 25 jours qui devrait prendre effet le 2 avril prochain, les syndicats des Enseignants viennent d’annuler leur préavis de grève pour un autre objectif, boycotter les législatifs.  

Toute porte à croire que les syndicats Enseignants veulent aller au bout du tunnel. Malgré la répression du 11 mars dernier, qui s’est soldée par des arrestations et par des blessures. L’objectif aujourd’hui ce n’est plus de déclencher une grève qui était prévue pour le 2 avril prochain, mais plutôt de boycotter des législatives qui se tiendront le 29 mars, soit une semaine de plus. Pour se faire, les syndicats signataires du 15 octobre 2016 demandent à leurs militantes et militants de refuser toute acceptation de président de bureau de vote, d’assesseurs, et délégués. Tout ça pour l’obtention de ce fameux article 39 du statut des personnels des Enseignants que bon nombre des citoyens connaissent déjà son contenu. Ces mesures sont prises après les propos du président de la République lors du conseil extraordinaire du (CSDM). Pour eux, ce n’est pas pour la violation des règles de la démocratie, mais qu’il y va pour le respect de la parole donner du gouvernement. Évidemment, le gouvernement s’est piégé lui-même quand il a accepté d’accorder 10% sur les salaires des corps des fonctionnaires, et que certains corps l’ont bénéficié. Et jusqu’à présent, les enseignants attendent leur part du gâteau. À l’époque, Boubou était ministre des Finances et aujourd’hui, le gouvernement se trouve entre le marteau et l’enclume, d’un côté les législatives, la situation sécuritaire et sanitaire et de l’autre les enseignants qui ne se découragent pas. Pour le moment, la solution envisageable serait de décréter une année blanche. Vu que les enfants n’ont pas bénéficié de cours normaux depuis la rentrée des classes, on aura beau continuer, les syndicats des Enseignants ne vont pas se lâcher, c’est une cause noble.

Lansine Coulibaly

Source: lecombat

Vous allez aimer lire ces articles

Coronavirus et Crise scolaire : le Mali menacé par une année blanche

Péril sur l’année scolaire à cause du Covid 19 : Année facultative ou blanche ? Les acteurs de l’éducation divisés sur la question !

Les étudiants en détresse suite aux mesures de lutte contre le COVD-19 : Après la fermeture des campus, les mesures spéciales prévues par le CENOU

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct