École normale supérieure : la bonne adaptation

Les 9 administrateurs de l’école normale supérieure (ENSUP) de Bamako étaient réunis, hier, dans les locaux de l’établissement pour la 7è session ordinaire du conseil d’administration de l’établissement. Ils ont examiné et approuvé le compte de gestion 2020, le rapport d’exécution des recommandations de la précédente session et le bilan académique 2019-2020. Ils se sont aussi prononcés sur le budget prévisionnel 2021. Celui-ci est estimé à plus de 2,205 milliards de Fcfa contre plus de 2,187 milliards de Fcfa l’année dernière, soit une légère augmentation de 0,9%.

 

L’état apporte une subvention d’un peu plus de 1,876 milliard de Fcfa, soit près de 75%. Les ressources propres de l’établissement d’enseignement supérieur représentent 329 millions de Fcfa, soit 15%. Pour l’année académique 2020-2021, l’ENSUP se propose d’améliorer la performance du service de la formation continue, de soutenir les actions du centre de formation à distance, e-learning (FOADEL) et de poursuivre les activités de la revue les «Cahiers de l’ENSUP». Elle entend aussi renforcer le cadre partenarial pour une plus grande visibilité des actions académiques et pédagogiques et aussi poursuivre l’élan de réhabilitation physique et d’équipement des structures amorcées, afin de rendre agréable le cadre d’apprentissage.

«L’opérationnalisation de la Cellule interne d’assurance qualité, la mise en congruence des offres de formation avec le marché de l’emploi, le renforcement du partenariat sont des objectifs de l’école normale supérieure en 2021» a expliqué le directeur général de l’établissement, Dr Douga Nassoko. Celui-ci a aussi évoqué des difficultés liées à la vétusté des salles de classes et des laboratoires.

Le conseiller technique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Ousmane Guindo, qui présidait la cérémonie a rappelé que l’ENSUP a été créée en 1963. Ses missions ont été redéfinies en 2000 et en 2010 pour prendre en compte la création de l’Université de Bamako et l’évolution de ses statuts. Ainsi, la formation initiale, professionnelle et continue des professeurs des enseignements secondaire et universitaire, la formation postuniversitaire, le perfectionnement, la recherche pédagogique, scientifique et technologique sont devenues des attributions de l’école normale supérieure, a relevé le conseiller technique. Il ajoutera que la préparation aux concours d’agrégation de l’enseignement secondaire, le développement, la diffusion des connaissances et du savoir-faire sont aussi des missions dévolues à l’établissement.

L’ENSUP, souligne-t-il, comprend deux filières, notamment celle de formation des professeurs d’enseignement secondaire et la filière des professeurs d’enseignement normal. Elle a tout mis en œuvre pour opérer son entrée dans l’importante innovation pédagogique de nos universités, notamment le système : Licence-Master-Doctorat (LMD). Pour ses besoins de formation spécifiques, assure Ousmane Guindo, l’ENSUP peut aussi créer des filières et des instituts rattachés.

Rappelons que l’accès à l’ENSUP se fait par voie de concours pour les étudiants réguliers titulaires d’une Licence ou d’un diplôme équivalent ou sur titre pour les enseignants du secteur privé détenteurs d’une licence ou d’un diplôme équivalent après examen des dossiers et d’un test. L’établissement compte 101 enseignants permanents, dont 8 professeurs de rang «A».

Sidi Y. WAGUÉ

Source : L’ESSOR

Vous allez aimer lire ces articles

ECOLE : L’Etat coule l’enseignement catholique

Démenti du Ministère de l’Education Nationale Mali sur un faux communiqué circulant sur les réseaux sociaux, indiquant la fermetures des écoles publiques et privées à partir de ce lundi 12 avril 2021

DÉCRISPATION DU FRONT SOCIAL : LA SYNERGIE DES SYNDICATS DES ENSEIGNANTS NE PARTICIPERA PAS A L’ATELIER NATIONAL DE RÉFLEXION SUR LES CONDITIONS DE VIE ET DE TRAVAIL DANS LES SECTEURS PRIVÉS ET PUBLICS

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct