Education : des enseignants toujours absents à cause de « l’insécurité »

De nombreuses écoles restent encore fermées et des enseignants absents de leurs établissements scolaires à travers le pays, à cause de la crise sécuritaire. Le directeur national de l’enseignement fondamental avait demandé il y a quelques semaines à tous les enseignants en abandon de poste de reprendre le travail au risque d’être punis par la loi en vigueur. Le syndicat des enseignants de son coté, demande une meilleure sécurisation des lieux avant de retourner.

 

A Gao, le directeur de l’académie rassure que plusieurs enseignants ont répondu présents à leur appel. Le premier responsable de l’académie de la région, Sadou Abdou, appelle ceux qui ne l’ont pas encore fait à regagner leurs postes. Selon lui, des sensibilisations sont en cours à travers les syndicats et les médias afin d’inciter leurs camarades à rejoindre leurs postes.

« Il faut qu’ils reviennent car un jour viendra où la loi va s’appliquer. Donc je pense que nos collègues enseignants qui sont au niveau du sud qu’ils comprennent et qu’ils reviennent avant qu’il ne soit trop tard » ajoute-t-il.

Dans le centre du pays, à Mopti, plus d’une dizaine d’enseignants concernés ont regagné leurs postes, déclare le Directeur de l’académie de Mopti Daouda Doumbia. Avant de préciser que « des dispositions ont été prises par les Directeurs des Centres d’animation pédagogique en relation avec les maires, au niveau de l’enseignement secondaire pour faire des avis de communiqué et des appels téléphoniques ». Le Directeur de l’académie de Mopti Daouda Doumbia indique que cette action a permis à de nombreux enseignants de regagner leurs postes.

Le syndicat des enseignants signataires du 15 octobre appelle aussi ses militants à ne pas faire de cette crise sécuritaire un alibi pour manquer à leurs devoirs. Cependant, Amadou Coulibaly, secrétaire général du syndicat national de l’éducation de base (Syneb) et membre des syndicats signataires du 15 octobre 2016 déclare « qu’il n’acceptera jamais que l’Etat les envoie dans les zones d’insécurité ou dans les zones où il n’y a pas du tout l’autorité. Mais quelque part aussi, nous n’accepterons jamais qu’un enseignant profite de cette question d’insécurité pour prendre l’argent de l’Etat et le manger gratuitement » a-t-il conclu.

Cette fermeture des écoles concerne presque tout le pays, mais particulièrement les régions du Centre, du Nord et une partie de Koulikoro et Sikasso.

Source : STUDIO TAMANI

Vous allez aimer lire ces articles

ECOLE : L’Etat coule l’enseignement catholique

Démenti du Ministère de l’Education Nationale Mali sur un faux communiqué circulant sur les réseaux sociaux, indiquant la fermetures des écoles publiques et privées à partir de ce lundi 12 avril 2021

DÉCRISPATION DU FRONT SOCIAL : LA SYNERGIE DES SYNDICATS DES ENSEIGNANTS NE PARTICIPERA PAS A L’ATELIER NATIONAL DE RÉFLEXION SUR LES CONDITIONS DE VIE ET DE TRAVAIL DANS LES SECTEURS PRIVÉS ET PUBLICS

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct