Front social: les financiers du secteur de l’Éducation en grève !

La section syndicale nationale des financiers du secteur de l’Education (SYNFISE/SNEC) menace d’observer une grève de treize (13) jours reconductibles à partir de ce mercredi 28 octobre 2020, si leurs doléances ne sont pas prises en compte par le gouvernement. L’information a été donnée par M. Samba DIODIO, secrétaire général de la section syndicale des financiers, au cours d’une conférence de presse, ce lundi 26 octobre 2020, à la Bourse du Travail.

 

L’objectif de la rencontre, selon les initiateurs, était d’informer l’opinion nationale et internationale, à travers les hommes de medias, du contenu de leur mot d’ordre de grève de treize jours.
Dans la déclaration liminaire, le secrétaire général du SYNFISE/SNEC, Samba DIODIO, a informé que le préavis de cette grève de treize jours a été déposé, le 13 octobre dernier, auprès du gouvernement. Pour le secrétaire général, la grève sera déclenchée, à partir de ce mercredi 28 octobre 2020.
Depuis à peu près quatre ans, le syndicat avait entamé des démarches tout en remettant au gouvernement son cahier de doléance composé de dix points. Au cours des négociations, selon Samba DIODIO, sept points ont eu un accord sur les dix. Ensuite, le secrétaire général a expliqué que deux points ont eu un accord partiel et un point a été retiré par le syndicat.
Cependant, les points accordés n’ont connu aucune application par le gouvernement, jusqu’à ce jour. D’où, la grève de treize jours reconductibles des agents de la section des financiers du secteur de l’Éducation, à partir de ce 28 octobre. Il s’agit pour eux de manifester leur indignation contre les autorités nationales, a expliqué M. DIODIO.
Le hic selon le syndicat des financiers du secteur de l’Éducation, c’est que les agents financiers du secteur de l’Éducation ne bénéficient ni des avantages accordés aux agents du ministère l’Économie et des Finances, ni ceux accordés par le statut des enseignants. Cela, pour le secrétaire général, est une discrimination contre les financiers du secteur de l’Éducation par l’État.
Le secrétaire général a rappelé que les points de revendication de la section syndicale nationale des Financiers du secteur de l’Éducation depuis 2019, avaient été discutés dans la salle de conférence du ministère de l’Éducation nationale lors des négociations des 18 et 19 juillet 2019.
Au cours des Travaux de conciliation, Samba DIODIO a informé que ses camarades s’étaient réjouis de sept points d’accord sur les dix points de revendication, deux (2) points d’accord partiel et un (1) point retiré par le syndicat. Après avoir accordé les points selon le syndicat, les préoccupations des agents financiers du secteur de l’Éducation ont été mises dans l’oubliette par les autorités compétentes.
Selon secrétaire général, Samba DIODIO, l’ouverture des négociations sur le présent préavis prévue ce 27 octobre 2020 est un mépris à l’égard de la section syndicale des financiers du secteur de l’Éducation, a dit le secrétaire général DIODIO.
En tout cas, le secrétaire général Samba DIODIO demande à tous ses militants de rester mobilisés et vigilants à l’écoute du mot d’ordre de grève.
Les syndicalistes revendiquent entre autres, la nomination par décision des agents chargés du traitement et du tirage des salaires des enseignants fonctionnaires des collectivités, comme chargés de dossiers ; l’Octroi d’un plan de carrière aux agents financiers du secteur de l’Éducation ; la révision du cadre organique des Académies d’Enseignement pour adaptation au contexte actuel ; l’élaboration du cadre organique des Établissements d’Enseignement secondaire général, technique et professionnel, de l’Enseignement normal et des Inspections pédagogiques régionales et l’enseignement secondaire pour adaptation au contexte actuel ; l’élaboration de l’organigramme spécifiant les tâches assignées à chaque poste au niveau des Établissements d’Enseignement secondaire général, technique et professionnel, Enseignement normal, centre d’animation pédagogique et les centres d’enseignement…

Par SABA BALLO

Source : INFO-MATIN

Vous allez aimer lire ces articles

Pour lutter contre la violence en milieu scolaire et universitaire : Les acteurs s’accordent sur la feuille de route pour la mise en œuvre des recommandations du Forum national

Rentrée scolaire prématurée : Des écoles privées bravent l’autorité de l’Etat

Pacification de l’espace universitaire : les lignes bougent, enfin, au grand dam de l’AEEM !

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct