Malijet.co

Journées du savoir: GREAT se penche sur les inégalités

Le Groupe de recherche en économie appliquée et théorique (GREAT) organise, du 18 au 20 février, au CRES de Badalabougou, la 3ème édition des Journées du savoir. Cette 3e édition coïncide avec le 10e anniversaire de GREAT. La cérémonie d’ouverture était présidée, hier mardi, par le ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le Mahamadou FAMANTA ; en présence du directeur exécutif de GREAT, le Pr Massa COULIBALY ; des enseignants chercheurs et de plusieurs participants venus de l’extérieur.

 

Le thème de cette 3e édition des journées du savoir est : « inégalités, polarisation et exclusion sociale ».

Dans ses propos introductifs, le directeur exécutif de GREAT, le Pr Massa COULIBALY, a affirmé que les inégalités demeurent partout et dans tout. Il a cité entre autres les inégalités de chances, entre générations, entre hommes et femmes, entre pays, entre ménages, dans le revenu et dans le patrimoine.

Cependant, croit-il, qu’il existe de bonnes politiques et de bons moyens de réduction des inégalités, pourvu que la volonté politique y soit. Pour prouver l’existence des inégalités, le Pr COULIBALY a informé que les 26 plus gros milliardaires de la planète posséderaient autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité (rapport 2018 Oxfam).

Comme causes des inégalités, il a souligné les fractures sociales basées sur des formes particulières de hiérarchisations sociales donnant des avantages sociaux à certains et des désavantages à d’autres ; l’inégale répartition du capital ; la concentration du capital entre les mains d’une portion de plus en plus restreinte de la société ; les différences d’accès à l’éducation et à l’emploi ; les politiques publiques inappropriées face à des alternatives possibles non explorées ou non mises en œuvre.

Le directeur exécutif de GREAT a témoigné que les inégalités entrainent le ralentissement de la croissance ; la réduction des opportunités économiques ; l’érosion de la cohésion sociale ; la réduction de l’efficacité des politiques publiques ; l’exclusion sociale ; les conflits, les troubles sociaux et l’instabilité politique et freinent la réduction de la pauvreté.

Comme solution, il a proposé l’autonomisation et l’inclusion des groupes sociaux vulnérables ou marginalisés ; l’adoption de politiques publiques porteuses d’égalité y compris d’égalité de chance ; la baisse au-dessous de 3 % des coûts de transaction des envois de fonds effectués par les migrants et l’élimination des couloirs de transfert de fonds dont les coûts sont supérieurs à 5 %…

Le ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le Mahamadou FAMANTA, a affirmé que les journées du savoir de GREAT sont des journées scientifiques de partages d’idées et de savoir, d’éducation et de formation dans les domaines des sciences économiques et sociales. Selon lui, les thèmes de ces journées visent à susciter un intérêt pour la recherche et pour la vocation de chercheur ; favoriser le développement des connaissances ; partager la grande variété des problématiques philosophiques, scientifiques, éthiques, environnementales et politiques du savoir ; démocratiser le savoir et permettre au public de s’en approprier.

Le ministre FAMANTA a déclaré que l’esprit de ces journées cadre bien avec ses attributions spécifiques et est en harmonie avec le document du cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (CREDD 2019-2023).

Il a soutenu que son département attend de ces journées une meilleure compréhension de l’impact des inégalités sur le bien-être collectif et des indications précises sur les voies et moyens de leur réduction, compatibles avec les politiques macroéconomiques en cours et les engagements internationaux et sociaux déjà pris par le gouvernement du Mali.

Il a enfin invité GREAT à poursuivre ses efforts de production et de diffusion du savoir dans les domaines qui sont les siens, en liaison avec des questions pertinentes de politique économique, des besoins réels d’aide à la décision, aussi bien dans la gestion des affaires courantes du pays que dans la transformation sociale pour redonner à nos concitoyens la dignité et la joie de vivre.

PAR MODIBO KONE

INFO-MATIN

Vous allez aimer lire ces articles

Coronavirus et Crise scolaire : le Mali menacé par une année blanche

Péril sur l’année scolaire à cause du Covid 19 : Année facultative ou blanche ? Les acteurs de l’éducation divisés sur la question !

Les étudiants en détresse suite aux mesures de lutte contre le COVD-19 : Après la fermeture des campus, les mesures spéciales prévues par le CENOU

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct