Malijet.co

RENTREE DES CLASSES AU MALI : Sous le signe d’une meilleure gestion du personnel

Le ministre en charge de l’Education, Dr Témoré Tioulenta Maïga, a procédé au lancement officiel de la rentrée scolaire 2019-2020 ce mardi 1er octobre 2019 à Bamako. Cette année, l’accent sera mis sur la gestion du personnel éducatif dans le difficile contexte sécuritaire, économique et social que connait le pays.

C’est une rentrée scolaire de tous les défis pour le ministère de l’Education nationale. En effet, la situation sécuritaire que connait le pays a occasionné la fermeture et la destruction de plusieurs écoles, ainsi que le déplacement de dizaines de milliers de personnes parmi lesquelles l’on dénombre un grand nombre d’élèves et d’enfants en âge d’être scolarisés. L’année dernière, ils étaient plus de 100 000 élèves à avoir ainsi quitté temporairement l’école. Et cette année, ce sera encore le cas en attendant que la situation sécuritaire s’améliore.
En ce qui concerne les écoles occupées par les déplacés, le ministre assure qu’elles seront libérées. Des sites pouvant recevoir les déplacés ont été identifiés par le groupe de travail mis sur pied à cet effet. Dans ces écoles, la rentrée des classes sera repoussée à une date ultérieure, le temps que les déplacés puissent être relogés sur les autres sites. Mais « pour les zones où la situation sécuritaire ne permet pas d’aller, nous n’irons pas en kamikaze. Nous allons au fur et à mesure que la situation s’améliore travailler à faire en sorte que les élèves puissent retourner à l’école. Soyez rassurés de la détermination du gouvernement à faire en sorte que chaque enfant puisse aller à l’école. Mais on doit tenir compte aussi des réalités sur le terrain », rassure Dr Tioulenta.
Et pour ce faire, le ministre indique que son département travaille avec les forces de défense et de sécurité, ainsi que les responsables administratifs au niveau local, afin d’ouvrir au fur et à mesure et chaque fois que cela est possible les écoles fermées. Mais en attendant, les enseignants de ces écoles sont temporairement redéployés dans d’autres écoles en manque d’enseignants ou en complément dans les classes à gros effectifs.
Si la situation sécuritaire est au centre des préoccupations en cette rentrée des classes 2019-2020, elle n’élude pas pour autant les autres questions, notamment celle de la grogne sociale. Et sur la question de la grogne sociale, le ministre rassure que la mise en œuvre du protocole d’accord signé avec les syndicats de son département se poursuit.

Assi de Diapé

LE POINT DU MALI

Vous allez aimer lire ces articles

Koulikoro : Ouverture de classe à Tantéacoro village

Orientation de plus d’élèves admis au DEF vers des établissements publics : La diversion du ministre Témoré Tioulenta ?

Daloa : Un opérateur économique malien offre une école aux populations du Haut Sassandra

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct