Les résultats de l’examen du Diplôme d’études fondamentales (DEF) ont été officiellement proclamés, lundi après midi sur l’ensemble du territoire national par le ministère de l’Education nationale, à travers la direction du Centre national des examens et concours de l’éducation (CNECE).

Au départ, ils étaient 249 288 candidats inscrits cette année mais c’est 235 198 postulants qui se sont présentés dans les centres d’examen du DEF. Parmi eux, 164 117 ont été déclarés admis, soit un taux de réussite de 69,78% Ces résultats comparés à ceux de l’année dernière sont meilleurs. Ainsi, on est passé d’un taux de réussite de 47,95% à un taux d’admission de 69,78%, soit un bond de plus de 21%. Dans un document synthétique du Centre national des examens et concours de l’éducation, il ressort que cette année, tous les candidats admis ont une moyenne supérieure ou égale à 10. En d’autres termes, il n’y a pas eu donc de repêchage.
Les académies d’enseignement de Bamako rives droite et gauche, de Bougouni, Dioïla, Douentza, Gao, Kati, Kayes, Kidal, Kita, Koulikoro, Koutiala, Ménaka, Mopti, Nioro, San, Ségou, Sikasso, Tombouctou et de Bassiknou ont eu des candidats admis à l’examen. C’est la Région de Kidal qui occupe la première place avec un taux de réussite de 98,41%.
Un récapitulatif des résultats du DEF des cinq dernières années donne une évolution en dents de scie. Les taux de réussite étaient respectivement de 33,63% en 2013, puis 42,27% en 2014. L’année d’après, on est retombé à 33,01% puis à 30,02% en 2016, avant d’avoir 47,95% en 2017.
Mohamed Z.
DIAWARA

 

Source: Essor