Entre honte et déshonneur: quand est ce que le Mali se retrouvera ?

Ça y est ! Le constat est désormais clairement établi. La situation globale du pays n’a guère changé depuis le malheureux évènement du 22 mars 2012. Le vendredi 10 juillet, et même pendant les deux jours suivants, les bamakois ont revu les spectres d’un passé récent empreint d’incertitudes et surtout de déshonneur. Les vieux démons ne sont jamais loin. Comment en pourrait-il être autrement puisque les maux n’ont pas été soignés à la racine. Aujourd’hui, les maliens patriotes et fiers, ont le cœur lourd. Et se demandent encore et toujours où est passé l’autorité.

 

Le vendredi 10 juillet 2020, appel a été donné à une foule nombreuse sur la place de l’Indépendance d’occuper les édifices publics pacifiquement. La désobéissance civile donc. Sauf que ceux qui ont fait un tel appel n’ont pas voulu investir le terrain aux côtés des plus investis pour la cause. Et pire encore, les têtes de proue du mouvement anti-régime IBK n’ont pas pris en compte le facteur éléments perturbateurs. Résultats, la désobéissance civile s’est mutée en une violence civile. De nombreux biens communs ont été saccagés et détruits. Et l’image du Mali a été encore une fois fortement ternie.

Alors que nombres de manifestants cassaient, saccageaient, pillaient, les cadors du M5 CFP et alliés étaient tranquillement chez eux, insouciants de l’appel qu’ils avaient lancés quelques heures plus tôt. Ces acteurs qui animent la scène politique et publique depuis des décennies devraient savoir que s’adresser à une masse populaire frustrée revient, assez souvent, à jouer avec des feux d’artifices. Il faudrait être prudent au risque de se bruler soi-même.

Ce qui est aussi rageant, c’est que l’on a l’impression que le pays est vide de gouvernants. Comment diable des éléments peuvent attaquer l’ORTM et l’Assemblée Nationale, s’adonner à de pires bassesses sans une prompte intervention des forces armées et de sécurité ? Mieux, ces dernières auraient dû être sur place en nombre bien avant l’arrivée de ces bandits.

Aujourd’hui encore, l’incertitude règne. Et l’on ne sait pas quelles seront les conséquences de cette manifestation qui a dégénéré en une sorte de guérilla urbaine ?

Ahmed M. Thiam

Source : infosept 

Vous allez aimer lire ces articles

Sortie de crise au Mali: les nouveaux membres de la Cour constitutionnelle prêteront serment dès la semaine prochaine

Désobéissance civile « violente » : La Plateforme « Anw Commune II » sur les remparts

Médiations de la CEDEAO et de Dr Anasser Ag Rhissa au Mali, leur rapprochement pour un consensus entre IBK, Mahmoud Dicko et M5 RFP à travers un réel dialogue participatif pour débloquer, décrisper la crise et sortir de l’impasse

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct