Malijet.co

Amadou Camara, directeur national du DNACPN : “Accordez-nous 5 milliards de F CFA par an et Bamako sera une ville coquette”

Les sachets plastiques au Mali, des défis et perspectives en cours pour un Mali sans sachets plastiques. Le directeur national de l’Assainissement et du Contrôle de la Pollution et des Nuisances (DNACPN), dans cet entretien parle de ces questions. Il évoque aussi les difficultés liées à la non-application de la loi portant sur l’interdiction des sachets plastiques au Mali.

Mali Tribune : Que dit la législation malienne sur les sachets plastiques au Mali ?
Amadou Camara : Il y a eu une loi en 2014 qui interdit les sachets non-biodégradables au Mali. Il s’agit notamment des sachets plastiques, très prisés des Maliens. Ce sont des produits qui constituent un grave problème pour l’environnement. Ladite loi n’a pas été élaborée dans le but de recycler, mais d’interdire purement et simplement les sachets non-biodégradables.

Mali Tribune : Malgré cette interdiction légale, nous voyons toujours les sachets plastiques au Mali. Comment cela s’explique ?

A. C : L’interdiction n’a pas été respectée, car nous avons rencontré certaines difficultés au niveau du décret d’application. La loi a interdit et le décret d’application précise qu’il s’agit des sachets non-biodégradables. Pour prouver cela, il faut faire recours à des appareils identifiants ces sachets. Pour le moment, nous n’avons pas ces moyens.
Depuis 2012, le Mali avait pris une loi très révolutionnaire pour interdire l’importation et la fabrication des sachets partout sur le territoire. Un moratoire de six mois avait même été donné. Malheureusement pour certaines raisons, cette loi n’a pas connu de suite favorable. Il faut noter que le Mali importe trop de sachets plastiques au moment où tous les autres pays ont presque tous interdit.

Mali Tribune : Quelles sont les conséquences liées à l’utilisation de ces sachets plastiques ?
A. C : Les sachets font partie des facteurs qui ont développé certains types de pathologies, comme les maladies cancérigènes et cardiovasculaires, au Mali. Une étude incluant des experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a rapporté que 7 millions de déchets sont liés aux sachets plastiques. Ces sachets menacent notre environnement. Or, la santé dépend très fortement de l’environnement. Il faut qu’on apprenne à prioriser la prévention de la santé publique et cela passe par l’environnement.
Par exemple, le paludisme serait résolu à 80 % si on arrivait à maitriser les rejets d’eaux usées et les ordures dans les caniveaux. Dans le cadre de l’Assainissement, si on nous attribuait 5 milliards de F CFA par an, Bamako sera une ville coquette ou il fait bon vivre.

Mali Tribunes : Quels sont les défis à relever afin de vaincre ces sachets plastiques ?
A. C. : C’est la communication. Quand nous avons fait la première rencontre avant la mise en place d’un comité d’experts sur la problématique du sachet plastique au Mali, nous avons identifié ce défi. Donc nous avons instruit aux experts d’élaborer un plan de communication pour sensibiliser les populations, surtout les femmes, des conséquences de ces sachets.

Mali Tribune : Quelles sont les perspectives envisagées dans la lutte contre les sachets plastiques ?
A. C. : Notre ministre a récemment mis en place un comité d’experts qui va réfléchir sur ce qu’il faut faire pour mettre la loi d’interdiction en pratique. Les propositions sont nombreuses, mais on attend la fin des travaux pour situer les recommandations. Le recyclage aussi est une initiative que nous encourageons. On essaie de sensibiliser et d’encourager les initiatives privées des avantages liés au recyclage des sachets plastiques. C’est une opportunité. D’ailleurs, nous sommes sur un dossier concernant la volonté de certains de nos compatriotes de la diaspora de transformer des sachets plastiques en hydro carburant, gasoil et huile à moteur. C’est une technologie qui demande beaucoup d’investissements qui sera implémenté à Koutiala. D’autres veulent les transformer en combustible pour ravitailler les industries. Nous encourageons vraiment les initiatives dans ce domaine.
Koureichy Cissé

 

Source: Mali Tribune

Vous allez aimer lire ces articles

San : Des jeunes mobilisés pour l’assainissement

Une formation sur la gestion des conflits à Yorosso

Utilisation illicite de cyanure à Kayes Des localités devenues des sites de traitement de minerais… carnage dans le village de Dabaya

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct