HYGIÈNE PUBLIQUE À BAMAKO : LE STADE OMNISPORTS MODIBO KEITA SOUS LES ORDURES !

Depuis quelques jours, l’entrée secondaire de l’emblématique entité sportive face au dépotoir est envahie d’immondice. La voie reliant le petit marché de Médine-Coura au Musée National est désormais bloquée, avec un paysage pathétique.

 

La fin de mission du ministre Housseyni Amion Guido semble avoir ouvert la voix aux dangers de la salubrité urbaine.

Désormais, le tir est parti car les ordures stockées face à l’école primaire de Médina-Coura ont fini par déborder. Une partie de la voie est occupée et la circulation s’effectuait presque sur l’autre moitié. Précisément là où se trouvent les guichets et entrées secondaires réservées au public. Parfois, il faut donc se frayer un chemin devant les escaliers du stade Modibo Kéita.

Embarras national quand on sait qu’il s’agit du 1er   stade  de l’histoire du Mali.  .

Cette situation  prouve bien que la question de salubrité publique est loin d’être réglée. L’heure est donc au regret de Housseyni Amion Guindo. Le ministre sortant de la salubrité  avait menacé de rompre le contrat avec la société marocaine Ozone pour assainir le District de Bamako.

En situant les responsabilités, le maire du District, Adama Sangaré, qui « trimbale » un bordereau de 20 milliards de FCFA est censé rendre compte. Il avait d’ailleurs été mis sous les verrous à cause de sa gestion opaque.

Hélas ! La ville de Bamako redevenue de plus en plus sale. La tutelle sortante avait trouvé l’astuce en sécurisant les dépotoirs. Des murs d’une hauteur importante ont pris forme et permettaient de contenir les ordures. Une initiative de celui qui est aux commandes de la CODEM.

Pourtant, la décharge située en face du Stade omnisports Modibo Kéita est située entre deux écoles: l’école  fondamentale de Médina-Coura et l’école professionnelle Soumahoro Kanté. Une situation qui avait révolté les parents d’élèves qui n’ont pas manqué de boycotter le maire controversé des lieux, Abba Niaré. Bien avant, c’est son prédécesseur Youssouf Coulibaly  qui a failli être lynché.

La situation du stade Omnisports n’est qu’un exemple parmi tant d’autres .En  Commune IV  à la fameuse montagne du cimetière de Lafiabougou a refait surface. Comme à Médine-Coura, une partie du mur a cédé et la hauteur des ordures inquiète au fil des jours. En cette saison pluvieuse, la voie est ouverte à la fragilité de la santé des riverains avec un lot de maladies et les conséquences y afférant.

Or, selon les clauses du contrat sponsorisé à coups de milliards, Ozone devrait intervenir sur toute la filière de l’évacuation des déchets. Autrement dit, de la récupération dans les concessions familiales aux dépôts de transit jusqu’à la décharge finale, il doit être dans tout le circuit. Pourtant, il semble que la société marocaine soit perdue des radars car semble avoir pris un repos en cette période d’instabilité socio-sécuritaire.

Le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) est donc prévenu et se doit de se saisir du dossier. Il n’y a aucune traçabilité sur les fonds colossaux injectés dans ce qui devait faire de Bamako une ville propre. Espérons que cela soit pris en compte par le futur président de la transition ainsi que son gouvernement.

En attendant que tout soit mis en place, il y a bien une victime dans l’histoire: l’ensemble des populations des environs des décharges concernées.

Par BAMOÏSA

NOUVEL HORIZON

Vous allez aimer lire ces articles

WRgreen : Les déchets plastiques comme ressources énergétiques

Rencontre entre les représentants des comités d’hygiène des marchés et des conseils municipaux à Yorosso

Lutte contre le changement climatique : Pour la préservation de la réserve de biosphère de la boucle du Baoulé, l’UNESCO appuie l’ONG IWENE

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct