Malijet.co

Ramassage des déchets plastiques : La Fondation princesse Esther Kamatari lance un concours de 100 millions F CFA entre les six communes de Bamako

Courant samedi 19 octobre, les locaux de la mairie des communes III et IV de Bamako ont servi de cadre au lancement de la première activité de la Fondation princesse Esther Kamatari. Pour cette année, l’objectif de la Fondation est de rendre propre la ville de Bamako. En vue d’atteindre cet objectif, un concours de ramassage des déchets plastiques a été lancé par la promotrice de cette fondation, Mme Esther Kamatari, entre les six communes. 100 millions de FCFA sont prévus pour la commune qui sortira gagnante.

 

Rendre la ville des trois caïmans propres en la débarrassant de tout genre de déchets plastiques, tel est le slogan actuel de la princesse Esther Kamatari, promotrice de la Fondation princesse Esther Kamatari. À commencer du jour du lancement (samedi 19 octobre) jusqu’au mois de décembre 2020, les six communes du district de Bamako sont en concurrence dans le ramassage des déchets plastiques.

Cordialement accueillie dans les communes III et IV par les Gilets verts, la princesse Esther s’est prononcée sur l’évènement : « La Fondation princesse Esther Kamatari a pour objectif de supprimer toutes les plastiques de Bamako à la fin 2020 ». Cette Fondation est parrainée par la première dame du Mali, Mme Keita Aminata Maiga. Elle fonctionne sous la tutelle du ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable.

Se conformant aux propos de la princesse, l’année 2020 est dédiée à l’Afrique. Pour ce cadre, poursuit-elle, « nous nous sommes alors dits que nous allons faire supprimer les déchets plastiques partout dans la ville de Bamako. À Bamako, il y a des plastiques et des feuilles d’arbres mortes ». Pour donc en finir avec la problématique de prolifération des déchets plastiques, et rendre Bamako plus propre, la princesse trouve, de la sorte, indispensable d’ouvrir une complétion de ramassage de déchets entre les communes. La promotrice de la Fondation a par ailleurs montré que les déchets plastiques sont ‘’de l’or’’. Puisque, soutient-elle, peut être transformé en bijoux, en chaussures, en vêtements, et plein d’autres choses pouvant servir le monde. « Dans ce concours d’ores et  déjà ouvert à toutes les communes, tout le monde partira avec un même cahier de charge. La commune qui se verra remporter le trophée de la Fondation aura 100 millions de F CFA. Avec cet argent, la gagnante se décidera d’en faire ce qu’elle voudra  avec ses différentes personnes et associations participantes », clarifie la princesse. Pour celle-ci, les femmes peuvent jouer un rôle prépondérant dans cette compétition. « Les femmes sont les premières concernées. Ce sont elles qui vont au marché, amènent les petits sacs à la maison. Elles peuvent peut-être prendre d’autres choses. Elles doivent aussi informer les enfants au-delà de leur implication », a-t-elle confié aux gilets verts majoritairement composés de jeunes hommes et femmes.

Habillée en gilet vert, la princesse Kamatari se faisait encore entendre : « Je sais que vous avez un savoir-faire traditionnel extraordinaire. Les femmes ont des doigts en or dans ce pays ; utilisez ces doigts en or pour transformer ces plastiques en or ».

En commune III, Esther Kamatari a été rassurée par le représentant du maire que la mairie mettra un endroit à la disposition de la population pour le dépôt des déchets. En commune IV, c’est le maire délégué Mamadou Keita qui s’est occupé de l’accueil de la princesse escortée par les membres du ministère de l’Environnement, de l’Assainissement, et du Développement durable.

Au nom du maire principal, M. Keita a trouvé l’initiative ‘’salutaire’’. Il a précisé que la commune IV ne ménagera aucun effort pour l’appui et l’accompagnement de la Fondation. Pour le chef de cabinet du ministère de l’Environnement, Moussa Kanta, la Fondation a ainsi fait de son mieux. La balle se trouve maintenant dans le camp de la commune qui veut  « réellement être propre et sortir gagnante de ce concours ».Selon lui, les populations doivent pouvoir relever  ce défi de la propreté de la ville.

Notons que cette Fondation a été créée à Bamako et a pour objectif de promouvoir la culture, l’éducation, la santé, l’environnement, l’assainissement et la bonne gouvernance dans le développement du Mali. Avec le démarrage de cette activité, l’idéal consiste à faire le recyclage des matières plastiques. Cela, via certaines actions : l’initiation et l’organisation des concours panafricains de recyclage des déchets plastiques en objet esthétique, unique ou d’excellence ; l’attribution des bourses d’étude et de recherche sur la création des objets à partir de ces déchets…

Mamadou Diarra

Source : Le Pays

Vous allez aimer lire ces articles

Réchauffement climatique : Et l’Homme était la source de son propre malheur ?

L’Afrique devient un continent-clé des marchés mondiaux de l’énergie selon l’AIE

GRAVES VIOLATIONS ENVIRONNEMENTALES AVEC DES PRODUITS TOXIQUES

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct