Kolondiéba : Des voleurs de bœufs au cachot

Ils formaient une bande de quatre personnes entretenant un réseau entre deux pays. La collaboration policière a finalement eu raison d’eux

Tout récemment, le parquet du Tribunal de Kolondiéba a été saisi par le chef de la police de la localité, le commissaire divisionnaire Isaack Théra. C’était à propos du démantèlement d’un réseau de voleurs de bœufs. Vraisemblablement, ces présumés voleurs évoluaient entre la Côte d’Ivoire et le Mali. Ils formeraient une bande de quatre individus dont les nommés SS et BS, fortement suspectés. Ils ont été les premiers à tomber entre les mains des policiers. Pour ce faire, s’il faut croire nos sources, il semble que l’apport de la population a été utile. Cette attitude des populations, victimes potentielles des malfrats, a mis du baume au cœur des limiers, les encourageant à poursuivre l’accomplissement de leur mission dans la localité.

Tout a commencé le 8 juin dernier, en fin de matinée. Ce jour-là, une délégation de marchands de bétail s’est rendue au commissariat de police pour expliquer aux policiers une situation qui les gênait considérablement depuis longtemps. Face aux policiers, les marchands ont expliqué qu’ils ont constaté l’existence d’un commerce illicite de bovidés à Kolondiéba. Ils n’avaient pas certes des preuves formelles, mais ces marchands de bétails croyaient fermement qu’ils avaient affaire à des voleurs d’animaux.

C’est ce qui a motivé le déplacement du chef de l’unité de recherches, le commandant Salia Sanogo et certains de ses éléments à l’endroit indiqué comme étant le point de vente suspect. Arrivés sur place, les policiers ont immédiatement interpellé le nommé SS, un marchand de bœufs peu connu dans la localité. Il est conduit au commissariat de police. Coincé durant une audition sommaire, il aurait, sans ambages, déclaré avoir acheté 18 têtes de bœufs avec « M », un vendeur, à la somme de plus de trois millions de FCFA.

Le suspect a ajouté que, quelques jours plus tard, alors qu’il a déjà conclu le marché avec « M », après avoir tout payé, un homme s’identifiant en commerçant de bétail s’est présenté à lui. Sans hésiter une seconde, ce dernier a dit être le vrai propriétaire des animaux que « M » venait de lui vendre. Alors que, selon SS, ce dernier est un récidiviste notoire connu de nombre de gens dans la localité comme un voleur transfrontalier. Pour le convaincre, cet homme se serait justifié en expliquant qu’il avait chargé « M » d’accompagner le berger qui conduisait les bêtes à leur destination dans les marchés d’une des localités de la contrée. Mais, selon lui, le nommé « M » aurait changé la destination des bêtes pour les vendre à son insu alors que cela n’était pas initialement prévu entre eux.

Il a fallu ces quelques phrases pour que SS et ce récidiviste se chamaillent en plein marché. Le premier a eu du mal à convaincre le second qui a finalement pu lui retirer de force les ruminants. Et SS s’est retrouvé avec une perte sèche de plus de 3 millions de FCFA qu’il dit avoir déboursé pour l’achat des bovidés. Mais avant, dès qu’il avait compris que les choses tournaient mal, il avait tenté à maintes reprises de joindre « M » qui lui a vendu les bêtes. Il voulait lui expliquer la tournure confuse que leur achat-vente avait prise. Curieusement, tous ses appels tombaient sur la boîte vocale du téléphone. C’est ainsi que « M » est resté injoignable. Las de l’avoir appelé en vain, SS dit avoir tout abandonné pour s’en remettre à Dieu.

à ces propos, les policiers obligés d’ouvrir une enquête pour éclaircir cette affaire. à la suite de l’audition de SS qui venait d’être grugé, ils ont compris que cette affaire était plus profonde qu’elle n’y paraît. Ils ont remonté le fil des événements pour conclure qu’ils avaient affaire à un vaste réseau de voleurs de bétails qui sévissait entre le Mali et la Côte d’Ivoire.

La collaboration policière entre les deux pays a fait le reste. Par la suite, les policiers ont mis la main sur un certain BS, un éleveur dans la localité de Minian, dans le département de Odiéné (Côte d’Ivoire). Coincé, ce dernier a reconnu avoir, « effectivement volé » il y a quelque temps, une quarantaine de têtes de bœufs avec la complicité de deux autres « collaborateurs ».

De fil en aiguille, les limiers ont mis la main sur un groupe de quatre individus. Il s’avèrera que ceux-ci formaient une bande qui entretenait un réseau de commerce illégal de bœufs entre le Mali et la Côte d’Ivoire. Dans la foulée, ils ont été confondus et formellement identifiés par des villageois comme étant des voleurs d’animaux qui écumaient la localité et ses environs depuis un bon moment. Ils ont été conduits devant le juge de paix à compétence étendue de Kolondiéba. Entre- temps, plus de 25 bœufs volés, ont finalement été retrouvés au terme des enquêtes policières et restitués à leurs propriétaires.

Yaya DIAKITÉ

 

Koutiala : UN INTRUS DANS LA BOUTIQUE

À Koutiala, un voleur peu ordinaire s’est fait prendre par les hommes du commissaire principal Yamadou Goumané. La particularité de ce malfrat réside dans le fait qu’il est particulièrement téméraire. Ce jeune homme dont nos sources policières ont préféré taire le nom a attendu dans un coin de rue, la nuit des faits. Il a patienté que le boutiquier s’absente un moment de son échoppe, pour s’y introduire et se faire passer pour le vrai maître des lieux.

À l’aide d’objets qu’il avait amenés pour la circonstance, il a tenté de défoncer le coffre-fort censé contenir le maximum de billets de banque. Après plusieurs tentatives, le malfrat n’est pas parvenu à sauter les verrous du coffre-fort. Gagné par l’impatience, il l’abandonna pour se tourner cette fois-ci vers un gros carton contenant des pièces de monnaie. Aucune de nos sources n’a pu nous expliquer comment cela est arrivé. Mais il est clair que le malheureux n’a pu sortir de l’échoppe. Curieusement, il y est resté jusqu’au petit matin. Le boutiquier est venu le trouver, caché derrière les cartons avec son butin. La suite était simple. Il a été conduit au commissariat de police d’où il a été déféré.

 

FIN DE COURSE POUR LE CHAUFFEUR VOLEUR

Quelques jours plus tard, c’est au tour d’un certain IB de tomber entre les mains des éléments du même commissariat de police de Koutiala. Selon l’adjoint dudit commissariat, le commissaire Moussa Traoré, de qui nous tenons les informations, le suspect est le chauffeur personnel de X, le propriétaire du véhicule (une Mercedes). Pour arriver à ses fins machiavéliques, IB aurait demandé la permission à son patron de lui prêter l’engin pour se faire une commission quelque part, sans plus de précision. Ainsi dit, ainsi fait. Le patron lui accorda son autorisation sans se douter de quoi que ce soit.

C’est ainsi que le chauffeur a disparu dans la nature avec la Mercedes sans laisser la moindre trace. Plusieurs jours de recherches furent vains. Disposant de renseignements certains sur IB, les limiers de Koutiala lui ont mis le grappin dessus, alors qu’il se la coulait douce dans la Cité de l’Or blanc. Il a été ensuite mis à la disposition du parquet.

Mohamed TRAORÉ

Source: L’ESSOR

Vous allez aimer lire ces articles

Mali: 6 morts dans un accident de la route à Kasséla

Route de Ségou : 6 morts dans un accident

Koutiala : Un mort et 5 blessés dans une attaque perpétrée contre le poste de contrôle

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct