“Le secteur de l’orpaillage n’est plus aussi rentable”, nous témoignent certaines orpailleuses à Kangaba. Pour la plupart d’entre elles, cette activité est comme une loterie. Hawa Magassouba, orpailleuse sur le site de Balandougou, ne désespère toutefois pas face aux difficultés. Elle souligne que chacune des orpailleuses s’active pour joindre les deux bouts.

Source: studiotamani