Fleuve Niger: Une dizaine de noyades, cinq cas de suicides, un décès non déterminé

Au cours de l’année en cours, sur le fleuve Niger notamment sur les ponts de Bamako, plusieurs cas de suicides ont été constatés.

 

Avec la multiplication des cas de noyades et de suicides dans le fleuve Niger, nous avons approché la Brigade fluviale de Bamako, dirigée par l’Adjudant-Chef, Adama Haïdara pour faire le point. Il nous a expliqué que la mission de sa Brigade consiste à  sécuriser les personnes et de leurs biens sur le fleuve Niger. A cet effet, elle intervient pour faire le constat en cas de noyade et de chavirement des pirogues.

En plus de cela, elle exécute une mission de police judiciaire sur le fleuve. C’est ainsi que  » en 2020, nous avons constaté une dizaine de noyades qui sont la plupart des enfants partis pour se baigner dans l’eau. Et un cas de suicide commis en mai dernier sur le pont des Martyrs « . Aussi, dans le cadre de la lutte contre le banditisme le long du fleuve, les agents de la brigade ont pu mettre la main sur un bandit de grand chemin qui coupait le sommeil aux populations du Mandé (de Samalé jusqu’à Kangaba).

Il s’agit de Mamadou Sonta, arrêté en mai dernier. Celui-ci  et sa bande s’attaquaient aux pirogues, aux exploitants d’or sur le fleuve.  » Depuis l’arrestation du chef des braqueurs et son déferrement au Tribunal de première instance de la commune IV, il n’y a pas eu de cas de banditisme sur le fleuve « , a fait savoir Adama Haïdara. Et le Commandant de la Brigade fluviale de Bamako de souligner qu’actuellement, son unité possède 5 jets-Skis, un bateau littoral 660, un Zodiac.  » Au vu de la compétence territoriale de la Brigade s’étendant de Ségou jusqu’à la frontière guinéenne, il serait nécessaire que des moyens surtout en matière de carburant soient mis à notre disposition afin de mener à bien les patrouilles « , a-t-il conclu.

En plus des cas de noyades et de suicide constatés par la Brigade fluviale de Bamako, nous apprenons que rien qu’au mois d’octobre de cette année, au niveau du 3ème pont dénommé  » pont d’Amitié Sino-malienne « , quatre cas de suicides dont une femme et ses deux enfants ont été constatés.

S’y ajoute le conducteur d’un véhicule qui a percuté les garde-fous du pont pour finir sa course dans le fleuve, sans que l’on sache si sa mort était intentionnelle ou non.

Falé  COULIBALY

Source: l’Indépendant

Vous allez aimer lire ces articles

Destruction inconsidérée de l’environnement à Kéniéba: Wassa Ton porte plainte contre X

Bétisier : Violences universitaires : un anachronisme programmatique

Le lamentable flop de publicités mensongères

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct