Forcer une femme à se voiler après le mariage

Au Mali, précisément à Bamako, il est aisé de constater que le port du voile est un fait social qui s’inscrit dans la pratique quotidienne de l’islam par les femmes musulmanes. Celles-ci sont en effet nombreuses de nos jours à adopter ce mode d’habillement qui revêt un véritable enjeu multidimensionnel. Cependant, est-ce un choix libre ou imposé ?

 

Dans toutes les tendances religieuses au Mali, les femmes musulmanes se voilent à des degrés divers compte tenu de l’intérêt qu’accorde telle ou telle obédience sur la question. Si l’affichage religieux par le voile n’est pas nouveau dans le contexte malien, le voile comme revendication identitaire l’est, tout comme le fait que ce sont de jeunes femmes, mariées ou pas, adultes ou adolescentes, qui le portent désormais.

Dans cet article, nous allons nous pencher sur le cas de ses femmes obligées à se voiler après leur mariage.

En général, plusieurs terminologies sont utilisées pour désigner le voile. Il s’agit entre autre de «sutura fini, hijabu », qui désigne le voile recouvrant l’ensemble de la tête et des épaules, tout en laissant le visage libre  ; burumusi, disa etc…

Après le mariage, certaines femmes se retrouvent piégées car elles ont l’obligation d’adopter ce style vestimentaire au grand bonheur de leurs maris ou de la belle famille.

Nos témoins, sous l’anonymat, nous confient comment elles sont devenues des femmes voilées.

La première qu’on va nommer Massaran .F, mariée depuis 10 ans, affirme être obligée par son mari de porter le voile intégral. Alors, qu’elle avait l’habitude de porter des tenues à l’européenne avant son mariage. Elle avoue que son mari ne lui avait pas fait part de cette décision jusqu’à la nuit de noce. «il m’a dit qu’à partir de maintenant que c’est le voile intégral que je vais porter pour sortir et même dans la cours ou bien dans notre salon ». Certes la décision m’a choqué. Mais, j’étais obligé de me conformer à ça. Au début, on a eu pas mal de disputes à cause de cela. Finalement, j’ai décidé de porter le voile et tout va bien chez moi. J’aurai quand même voulu que cette décision vienne de moi-même. Mais le mariage est un sacrifice et si cela rend mon mari heureux tant mieux.  Affirme-t-elle.

Contrairement à Massaran, notre deuxième témoin était Belle et bien informée de ce nouveau changement de style vestimentaire. Elle avoue qu’elle n’avait pas le choix que d’accepter parce que” le hijab en soi n’est pas mauvais, mais c’est une décision personnelle à mon avis. J’avais déjà fait un premier mariage, et mon second mari m’a obligé à porter le voile car pour lui cela peut nous éviter des problèmes. Je savais dans quoi je m’engageais depuis le début et je me suis fait à l’idée que je vais aimer porter le voile intégral.” Confie-t-elle.

Quant à la dernière personne interrogée, elle a accepté de partager avec nous son histoire après le mariage. ” J’étais assistante administrative dans une entreprise étrangère avant mon mariage. Après le mariage, mon mari m’a obligé à me voiler et m’a interdit de travailler. Il est clair qu’une telle décision méritait une réunion de famille. C’est là que mon mari a décidé de me payer le montant exact de mon salaire par mois et m’a demandé de rester à la maison et de me voiler. Il disait que si je voulais travailler pour gagner de l’argent, qu’il va me payer la même somme du moment où je me voile. J’étais contrainte d’accepter sa proposition et suis actuellement femme au foyer. Mon mari continue de me payer mon salaire du mois. ”

Finalement, l’adage qui dit ” L’habit ne fait pas le Moine” n’a pas sa place dans ce contexte précis. Certes, le port du voile intégral est considéré par beaucoup de religieux comme une pratique obligatoire, un passage obligé pour toutes femmes musulmanes. Cependant, il est à noter que cette décision doit être volontaire.

AFANOU KADIA DOUMBIA, stagiaire

SourceMalijet

Vous allez aimer lire ces articles

CANAM: le Dg et son personnel chassés par la Covid-19

Keniéba: B2Gold investit 1,8 milliard, dans le développement communautaire

Les derniers actes d’une CMAS agonissante

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct