Malijet.co

Hadj 2020 : la grande inconnue !

 Le Hadj ou grand pèlerinage 2020 se fera-t-il après la suspension temporaire du petit pèlerinage ou Omra ? Que font les autorités maliennes pour anticiper une possible annulation par l’Arabie Saoudite ? Deux questions qui taraudent bien des esprits si l’on sait que les dirigeants du Royaume saoudien ont bien adressé officiellement, le mercredi 11 mars 2020, un message au gouvernement sénégalais de suspendre cette année, les opérations du Hadj, en raison de l’épidémie de coronavirus qui sévit dans le monde.

Au Mali, l’annulation du Hadj 2020 n’est pas pour le moment à l’ordre du jour. Et à la Maison du Hadj de Bamako, sis dans la cour du Centre culturel islamique de Hamdallaye, les opérations d’enregistrement des pèlerins se poursuivent normalement auprès des nombreuses Agences de voyage qui y ont installé leurs représentants. C’est le constat fait, le jeudi 19 mars 2020 par notre équipe de reportage. « Jusqu’à preuve du contraire, le processus d’enregistrement suit son cours normal au Mali et en Arabie Saoudite », nous confie une source bien introduite à la Maison du Hadj, sous couvert de l’anonymat. Aussi, précise-t-elle : « Si l’Arabie Saoudite venait à annuler le Hadj, les pèlerins de la filière gouvernementale seront remboursés, à moins que ceux qui décident d’eux-mêmes de ne pas toucher leur argent jusqu’au prochain pèlerinage. Le seul montant qui ne sera pas remboursé ce sont les 17 000 FCFA payés par le pèlerin pour la radiographie du thorax ».

Par ailleurs, craint notre source à la Maison du Hadj, la possibilité d’annulation du Hadj entrainerait un découragement à la limite un net arrêt du processus d’enregistrement des pèlerins dont le taux de cette année est supérieur à celui de l’année dernière à la même période. Du côté du ministère saoudien, apprend-on, en 2019, près de 2,4 millions de musulmans du monde ont effectué le Hadj. Selon d’autres indiscrétions, après le pétrole, le pèlerinage est la deuxième principale source pourvoyeuse de revenus pour le Royaume saoudien.

A propos de la pandémie de Coronavirus, il convient de souligner comme un peu partout à travers le monde, l’Arabie Saoudite est aussi confrontée au CODIV19, avec 62 cas déclarés. Voilà pourquoi, les autorités du pays ont décidé, depuis le 12 mars 2020, de suspendre « temporairement », les voyages des citoyens et résidents du royaume vers des pays où la menace de propagation du nouveau coronavirus est apparue. De l’avis de beaucoup d’observateurs, si cette annonce ne concerne pour le moment que le Sénégal, elle risque de s’étendre aux autres pays au vu de la propagation de la pandémie.

Concernant la « Omra » ou le petit pèlerinage musulman qui peut être entrepris tout au long de l’année, elle a été suspendue « temporairement » pour prévenir la propagation du nouveau coronavirus. En réalité, la décision de suspendre temporairement la « Omra » concerne les « citoyens (saoudiens) et les (résidents) étrangers » et vise à « assurer la sécurité des foules », explique l’agence SPA, citant une source au sein du ministère de l’Intérieur. Elle intervient après la suspension de l’octroi de visas pour la « Omra » jeudi 27 février.

La mesure concerne les deux villes saintes de La Mecque et Médine, « qui connaissent un flux permanent et intense de foules humaines, ce qui rend la sécurisation de ces foules de la plus haute importance », a justifié la source. Elle fera l’objet d’un « réexamen de façon permanente » et sera « annulée dès lors que les raisons qui l’ont justifiée disparaîtront », a-t-elle précisé.

Pour rappel, en 2003, l’Arabie saoudite avait suspendu l’octroi de visas pour la Omra mais seulement à certains pays d’Asie en raison du SRAS. En 2009, le royaume saoudien avait envisagé d’annuler le pèlerinage du Hajj à cause de la grippe H1N1.

Sékou CAMARA

Source: Bamakonews

Vous allez aimer lire ces articles

Violences basées sur le genre : La communication comme outil indispensable pour mettre fin à la pratique

SIKASSO : Des leaders religieux sensibilisés sur les VBG

Situation humanitaire au Mali avec le coronavirus : OCHA Mali demande la flexibilité des bailleurs

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct