Quatre jours pour faire des reporters des journalistes d’investigation, c’est le défi relevé par Internews-Mali.

Venus de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et Bamako ; de la presse écrite et de la radio, des journalistes ont reçu des formations sur les différentes techniques du journalisme basées sur l’investigation, un genre journalistique qui s’intéresse aux sujets d’intérêts publics, sensibles et critiques avec preuves et le maximum de sources d’information en précisant le nombre de source et avec vérification des identités.

“Le journalisme d’investigation est un travail qui se caractérise par la durée, le risque, le danger, la protection des sources, des témoins et une recherche approfondie. Le journaliste d’investigation a besoin d’interroger plusieurs sources, des spécialistes ou des témoins des évènements”, souligne le formateur David Dembélé.

Suite aux exigences nouvelles de l’opinion publique internationale vis-à-vis de la qualité de l’information, l’investigation a connu ses beaux jours. La déontologie du journalisme implique une indépendance des pouvoirs politiques ou économiques et une analyse en profondeur car le journalisme d’investigation doit relever des informations cachées.

A cet effet, le journaliste doit s’intéresser à des sujets sensibles, critiques et d’intérêt public car il est appelé à faire un travail fouillé et documenté, dépassant les normes du journalisme conventionnel vu qu’il repose sur la notion du temps de risques et du danger.

“Cette formation permet aux journalistes de renforcer leurs capacités, de connaitre les graines du journalisme d’investigation. C’est une formation spécialisée et pointue sur le métier car nous voulons une presse émergente et professionnelle, libre et indépendante”, explique Claude Cyrille, directeur du projet Internews Mali

Internews mali est une organisation non gouvernementale qui est présente dans 60 pays. Elle œuvre pour le renforcement de capacité des journalistes.

Aïchatou Konaré

Source: Mali Tribune