Intervention française au Mali: attaques et contre-attaques verbales

Les autorités françaises ne sont pas restées indifférentes au ballon d’essai lancé, le week-end dernier, par les nôtres qui ont délibérément fuité un infox largement repris sur les réseaux sociaux, selon lequel le Président Bah N’DAW conditionne la présence de l’Armée française sur notre sol à l’obligation de mener des opérations conjointes avec les FAMa. ‘’La France dégage, si elle devait mener des opérations militaires en solo’’, c’est l’esprit de ce Twitt. La contre-attaque qui n’a pas tardé est conduite par le Général Alain VIDAL, représentant de l’Opération Barkhane, qui tient fort opportunément la perche tendue d’une interview pour mener avec succès sa campagne dans l’intérêt supérieur du principe de la contradiction. Il donne des preuves de l’excellente coordination que Barkhane a, dans ses actions, avec les autres forces partenaires. Voici les mises au point du Général de brigade VIDAL.

 

L’Armée française est intervenue au Mali à la demande des autorités maliennes, dans le cadre de la lutte contre les groupes armés terroristes. C’est ce que nous faisons au quotidien avec nos frères d’armes maliens. J’en veux pour preuve, une action récente qui a été menée la semaine dernière où nous avons mené une opération avec les soldats maliens appartenant à la Force conjointe du G5-Sahel dans la région de Boulikessi où nous avons neutralisé de nombreux terroristes qui s’en étaient pris à notre détachement conjoint. L’Armée française ne fait que de l’action contre les groupes terroristes, elle participe également à l’accroissement des capacités opérationnelles de l’Armée malienne, au travers d’un certain nombre de formations qui peuvent être soient techniques, soient tactiques.
Enfin, c’est peut-être un volet moins connu, nous effectuons de nombreuses actions au profit des populations. Un des exemples de ces actions au profit des populations, c’est le largage de riz qui été effectué par les moyens aériens de Barkhane sur le village de Farabougou, il y a quelques jours, à la demande des autorités maliennes, et en complément des actions qui ont été menées par la MINUSMA.
Je voudrais souligner en occurrence, l’excellente coordination que nous avons dans nos actions avec les autres forces dans ces deux pays, à la fois, la Force du G5-Sahel, la MINUSMA, mais également l’EUTM qui participe, comme vous le savez, au volet accroissement de capacités.
Bien sûr, elle le fait au quotidien dans une logique de frères d’armes. Parce que, comme vous le savez, nous combattons ensemble sur le terrain. Donc, ces échanges d’information se font entre le PC de la force Barkhane et le PC des forces armées maliennes. Et c’est bien un échange qui se fait dans les deux sens, Barkhane donne du renseignement quand elle en dispose, et évidemment, nos amis FAMa, à leur tour, nous donnent du renseignement quand nous en avons besoin. Comme exemple, je peux vous citer également la dernière opération qui a été menée dans la zone du Liptako, qui s’appelle ‘’Opréation Bourrasque’’, avec l’engagement conjoint de la Force Barkhane, mais aussi de nos frères d’armes maliens, nigériens et avec la présence d’une cellule de fusion du renseignement qui été installée à Niamey, avec notamment, nos partenaires de la Force conjointe du G5-Sahel, et des officiers maliens. Et qui permis d’apporter et de transmettre tout le renseignement qui été nécessaire à la conduite, jour après jour, de cette opération.
En plus de cet échange de renseignement, nous participons aussi à l’accroissement des capacités dans ce domaine spécifique des Forces maliennes, avec un certain nombre de stages que nous prodiguons, pour permettre au personnel malien d’être le meilleur possible dans ce sujet qui est particulièrement sensible et très utile dans la conduite des opérations contre les groupes armés terroristes.

Source : INFO-MATIN

Vous allez aimer lire ces articles

Logements sociaux : Quand le pôle économique poursuit les enquêtes !

Mali : l’armée célèbre son 60e anniversaire en toute sobriété

Lutte contre la covid-19 au Mali : Une prime spéciale de 5 325 280 000 FCFA accordée au personnel socio-sanitaire mobilisé

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct