Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes : le secrétaire général de l’ONU lance un message

A l’occasion de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes, le 2 novembre 2020, le monde y compris celui des médias, doit relever un défi entièrement nouveau : la pandémie du coronavirus. Au cours du premier semestre 2020, 21 attaques contre les journalistes couvrants les manifestations ont été recensées.

En outre le travail des journalistes a été entravé par des problèmes supplémentaires : menaces de poursuites, arrestations, détention, déni d’accès, absence d’enquête et de poursuite en cas d’infraction les visant, etc. Lorsque le journaliste est pris pour cible, la société entière paie le prix, si nous n’assurons pas leur protection, il nous sera difficile de rester informés. L’information et l’analyse fondées sur les faits reposent sur l’indépendance des journalistes dont il faut assurer la protection et la sécurité qui tiennent à un principe fondamental : « Le journalisme sans crainte ni complaisance ». Antonio Guterres renouvelle son appel en faveur de la liberté de la presse au nom de la paix, de la justice, du développement durable et des droits de la personne.

Source: Le PaysMali

Vous allez aimer lire ces articles

Polémique après la mort de trois présumés terroristes en cours de transfèrement à Boulkessi: Une enquête ouverte pour faire la lumière sur les circonstances de leurs décès

Après les attroupements de Mahmoud Dicko et ses partisans : Que reste t-il de l’état d’urgence ?

Mali, l’Imam Dicko reprend son bâton de pèlerin

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct