Malijet.co

15ES journée de l’AJBEF: l’abondante moisson

À l’issue de ses 15es journées annuelles, tenues à l’hôtel Kimpinsky El Farouk, du 11 au 13 avril dernier, dont le thème était : ‘’L’ingénierie juridique, un outil de performance au service des banques et établissements financiers’’, l’Association africaine des juristes de banques et établissements financiers (AJBEF) a fait d’importantes recommandations.

mamadou ismaila konate ministre justice avocat

Lesdites recommandations ont été présentées au cours de la cérémonie de clôture de trois jours de travail présidée par le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Me Mamadou Ismaël KONATE. Le secteur bancaire y était représenté au plus haut niveau par le président de l’AJBEF-Mali, Abdoulaye Amara TOURE, le président de l’Association professionnelle des Banques et établissements financiers (APBEF), Moussa Alassane DIALLO, le nouveau président de l’AJBEF, le Congolais, Albert OKITO qui remplace le Sénégalais Amadou KANE.
Les principales recommandations formulées étaient les suivantes : faire du métier de juriste de banque un métier professionnel, continuer à discuter avec les magistrats, avec les communautés du droit pour qu’ils comprennent mieux le particularisme bancaire, que les uns et les autres aient dans la conscience le rôle que le juriste de banque joue dans les institutions respectives.
Les participants à la conférence n’ont pas non plus manqué de souligner le rôle indispensable de juristes de banque. Il s’agit d’un rôle de veille, de protection de la banque, de ses intérêts et de ses actifs. À cela, la conférence ajoute : faire du métier de juriste de banque un métier professionnel ; continuer à discuter avec les magistrats, avec les communautés du droit pour qu’ils comprennent mieux le particularisme bancaire ; que les uns et les autres aient dans la conscience le rôle que le juriste de banque joue dans les institutions respectives.
Intervenant au cours de la cérémonie de clôture de ces 15es journées annuelles, le président de l’AJBEF section malienne, Abdoulaye Amara TOURE, a tout d’abord salué la participation active des uns et des autres durant les trois jours de rencontre. Il dira ensuite que cela a été très utile, pour chacun et compte aussi pour chacun d’entre eux : les magistrats, avocats, huissiers, notaires, juristes de banque.
Pour sa part, le président de l’Association professionnelle des Banques et Établissements financiers (APBEF), Moussa Alassane DIALLO, a fait savoir : « toutes les opérations qui se produisent dans la banque reposent sur le droit et sur le juridique. Ce sont eux qui les aident à créer la richesse, le produit bancaire, et à prendre des décisions importantes ». Après avoir cité le rôle important que les juristes jouent pour le développement de la banque, M. DIALLO ajoutera que le juriste de banque a aussi un outil de compétitivité, de production et de productivité.
Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Mamadou Ismael KONATE, a déclaré au cours de la cérémonie de clôture : « le juriste de banque est une réalité aujourd’hui en Afrique et le thème choisi pour cette année est une réalité de premier plan ». Il ajoutera que le juriste de banque est un métier qui aujourd’hui est au centre de la banque et aide les décideurs à prendre leurs décisions et à les consolider. La spécificité de ce métier, a-t-il poursuivi, « est la confluence de beaucoup d’exigences nouvelles vis-à-vis des juristes de banque » ; la problématique de la compétence de la réglementation qui n’incombe même pas aux États nationaux. Le ministre KONATE estime que cette spécificité est souvent communautaire, régionale, sous régionale et même internationale.
Le Garde des Sceaux a soutenu que le juriste de banque d’Afrique se spécifie par un diplôme, l’exercice professionnel, l’éthique et la déontologie. « Il faut mettre en place ce métier, cette base, de mener à l’ingénierie cette réflexion pour mieux servir la banque en réglementant sa profession », a-t-il suggéré.
Le point de presse qui a suivi la cérémonie de clôture a été l’occasion de donner d’amples informations sur la garantie bancaire (bien meuble ou immeuble) présentée comme un accessoire, le plus important étant la crédibilité de celui qui contracte le prêt.
Il a aussi été question du rôle du juriste de banques et établissements financiers qui est conseiller pour que la banque aille de l’avant et d’accompagner les clients de la banque.
Les prochaines journées, annonce-t-on, se tiendront à Bujumbura, au Burundi, un des deux derniers pays, avec la Guinée, à rejoindre l’Association africaine des juristes de banques et établissements financiers.

Par Bertin DAKOUO

 

Source: info-matin

Vous allez aimer lire ces articles

Tribunal de la commune IV : Le procureur Dramane Diarra face à Mohamed Ali BATHILY et Ras Bath : une honte nationale pour notre système judiciaire

Manifestation contre la détention de Sanogo et ses co-accusés : La Justice malienne doit sonner le réveil de ses énergies assoupies

Les Bathily dans le viseur des magistrats : Le procureur de la commune IV appelle au renvoi du ministre Bathily du gouvernement

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct