Affaire dite « déstabilisation du pays », le collectif d’avocats de la defense hausse le ton

Après l’ouverture d’information judicaire contre l’ex premier ministre Boubou Cissé et consorts sur des faits susceptibles de constituer des infractions de complot contre le gouvernement, d’association de malfaiteurs et d’outrage à la personne du chef de l’État. Le collectif des avocats des inculpés a bien voulu animer une conférence de presse en vue d’apporter leur version des faits. C’était ce matin à la maison de la presse où un collectif d’avocats constitués de Maitre Kassoum TAPO, Maitre Marcel CECCALDI, Maitre Eric MOUTET, Maitre Zana KONE, Maitre Albrahamane Mamanata  TOURE étaient face à la presse. 

Rappelons qu’ils sont au nombre de cinq prévenus à savoir Mahamadou Vital Robert DIOP ; Souleymane KANSAYE ; Aguibou Macky TALL ; Youssouf BATHILY à être visés par une information judiciaire et le sixième Dr Boubou CISSE lequel vit caché depuis plusieurs jours.

En effet, précisons que les prévenus sont suspectés d’avoir fomenté « un complot contre le gouvernement avec association de malfaiteurs » et proféré des « offenses en la personne du chef d’État » selon le communiqué du procureur général de la République Mamadou KASSOGUE.

D’entrée de jeu, le collectif d’avocats de la defense avec en sa tête, Me Kassoum TAPO et Me Marcel CECALDI, a dénoncé la procédure d’arrestation de leurs clients. À ce propos, « c’est une procédure plus qu’inquisitoire. Une procédure fondée sur des dénonciations qui ont été reçues par la sécurité d’État » s’est plaint Me Kassoum TAPO, avocat de la defense.

Par ailleurs les avocats de la defense avaient demandé la relaxe de leurs clients, chose qui a été refusée. Ils ont assuré de faire appel, une fois que les prévenus seront entendus par un juge d’instruction. À en croire les conférenciers du jour, ces arrestations n’ont d’autres qualificatifs qu’expéditive et extra-judiciaire parce qu’aucune procédure en la matière n’a été observée. Si consulter un marabout est délictueux, il faut croire que tous les maliens sont en danger, surenchérit Me TAPO. Leurs clients « n’ont jamais reçu aucune convocation ni du juge, ni du procureur encore moins la gendarmerie » déclare toujours Kasoum TAPO. Ce sont donc des agissements, selon ses dires, qui chancèlent une démocratie obtenue au prix d’âpres luttes et de sang. Des pratiques de cette nature ont toujours eu cours dans notre pays, feu Soumaila CISSE a été victime des mêmes hommes, d’après Me Kassoum TAPO, et à propos de Boubou CISSE, il assure que celui-ci « n’est pas en fuite. Il a juste fait l’objet d’une tentative d’agression. Il y a eu une visite domiciliaire chez lui par des hommes masqués, cagoulés. On ne convoque pas avec des hommes masqués cagoulés, lesquels ont violenté son personnel du domicile et nous avons, à l’époque, chargé Me CECALDI de porter plainte au pénal pour ce fait et nous allons le faire. Donc, il n’est pas en fuite, c’est sa vie qui est en danger » fulmine Me TAPO.

Enfin, les avocats de la défense se disent prêts à employer tous les moyens légaux pour que justice soit rendue, même s’il va falloir porter l’affaire à la cour de la Cédéao.

Kamana

Source: Mali-Online

Vous allez aimer lire ces articles

AFFAIRE DES ”BÉRETS ROUGES DISPARUS’’ : CES POINTS D’ACHOPPEMENT QUI RETARDENT LE PRONONCÉ DU VERDICT

LE DOSSIER DU GAL. AMADOU HAYA SANOGO ET COACCUSÉS RENVOYÉ AU 11 MARS PROCHAIN : LE SUSPENSE CONTINUE SUR L’AFFAIRE DES 21 BÉRETS ROUGES !

En raison de l’absence de certains magistrats récemment mutés et de témoins cités dans le dossier: Le procès d’Amadou Haya Sanogo et co-accusés, annoncé pour hier jeudi, a été renvoyé au 11 mars prochain

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct