Au lieu de continuer à se plaindre de la mauvaise Gouvernance ou de l’absence de Gouvernance, l’imam Dicko et le Cherif Bouyé Haidara feraient mieux de proposer aux décideurs politiques maliens ainsi qu’aux Partenaires Techniques et Financiers du Mali une Charte de Bonne Gouvernance similaire à la Charte de “Kouroukan fouga” dans laquelle ils se reconnaissent. Cette Charte indiquera dans les moindres détails leur vision du Mali, des valeurs dans lesquelles ils se reconnaissent, du modèle de Gouvernance, des institutions, de la citoyenneté, des libertés, de la gouvernance économique et environnementale, de la gouvernance sociale, etc.


Il est très facile de se plaindre de la gouvernance actuelle de ce pays mais il est quasiment impossible de proposer une autre alternative à celle qui nous a été imposée par les puissances d’argent à travers cette guerre économique couverte sous le prétexte fallacieux de lutte contre le terrorisme. Nous ne devons pas oublier que notre pays a été mis sous tutelle depuis le massacre du 25 Janvier 2012 de nos FAMA à Aguelhoek. Cela voudrait dire que notre président de la république ne prend plus ses ordres auprès du peuple souverain du Mali mais auprès de la communauté dite internationale dont la France et ses alliés européens.
Depuis 2002 le candidat Ibrahim Boubacar Keita a reçu le soutien du Cherif Bouyé et de l’imam Dicko. Ils l’ont soutenu moralement (avec des séances de prière et de bénédiction), matériellement et même financièrement afin qu’il puisse accéder à la magistrature suprême. Tout ceci parce qu’ils croyaient en l’homme et au projet de société dont il était le porteur. Depuis son accession à la magistrature suprême en la faveur de la grande mobilisation de 2013, les deux guides religieux ne semblent plus se reconnaître dans la Gouvernance de leur poulain. Qu’est ce qui a manqué au président Ibrahim Boubacar Keita dans la mise en exécution de son projet de société doublé du mémorandum de “Sabati 2012” une fois installé à Koulouba ? Le courage de dire la vérité à ses soutiens d’hier que le pouvoir réel dont il a besoin pour gouverner son pays ne l’appartient plus. Ce pouvoir décision est en train les mains de la CI. Quel type de soutien l’imam Dicko et le Cherif Bouyé pouvaient-ils lui apporté face à la pression de la Communauté Internationale ? Mobiliser chaque semaine un million de maliens dans la rue pour faire comprendre à cette communauté internationale que le mali appartient d’abord aux maliens et que si les français veulent obtenir quoi que cela soit du Mali, ils doivent nécessairement passés par les maliens et non par des mercenaires touareg d’origine malienne venus de la Libye.
Dicko et Bouyé ont-ils le courage de prendre la tête d’une telle mobilisation populaire afin de pouvoir retirer leur pays des mains de ces vautours de la CI?
That is the question !

Source: Page facebook de Sambou Sissoko