Malijet.co

Korofina/Commune I : La boulangerie ‘‘saveur du pain’’ a rouvert ses portes

Les employés de la boulangerie, ‘‘saveur du pain’’,  arrêtés le mardi 13 Aout par le Commissariat de police du 6ème arrondissement, ont été libérés et l’affaire classée sans suite au niveau du Tribunal de la Commune I. Le local a rouvert ses portes  le mercredi 14 Août dans l’après midi en présence des autorités  communales.

C’est dans une correspondance déposée  à la date du 16 juillet 2019 à la mairie de la commune I  que  l’ancien premier ministre Diango Sissoko, s’est plaint  de l’attitude fort désagréable de la  boulangerie la  ‘‘saveur du pain’’ et  à laquelle est contigüe son domicile au quartier Korofina.

Selon Oumarou Togo, 1er Adjoint et maire intérimaire de la Commune I, dans sa plainte, Diango Sissoko notifiait trois faits que sont : La parcelle que la boulangerie occupe est destinée pour usage d’habitation et non commercial. Deuxièmement, Diango Sissoko a signalé que la boulangerie mène des activités peu honorables, ensuite l’ancien premier ministre s’est plaint des conditions hygiéniques.

Après la plainte du premier ministre le 16 juillet, le 22 juillet, la mairie a instruit à ses services techniques une enquête sur la boulangerie. A la suite de ces enquêtes, il sera prouvé que la boulangerie est illégalement installée sans autorisation aucune. Du moins, le promoteur a une autorisation d’installation d’une boulangerie au quartier Souleymanebougou, quartier limitrophe de la Commune I sous la Préfecture de Kati.

Illégalement installée, la boulangerie doit être alors fermée. C’est  la démarche  que la mairie a entreprise en envoyant d’abord une correspondance à l’ancien premier ministre Diango Sissoko pour lui signifier le bien fondé de sa plainte. La correspondance en question a  été  envoyée à l’ancien premier le jeudi 8 août 2019.

Et pendant qu’une note pour signifier la fermeture  de la boulangerie   à son promoteur, était en cours au niveau de la mairie, le Commissariat de police est intervenu le mardi 13 Août pour arrêter les employés.

‘‘Un abus de pouvoir’’ selon la mairie

‘‘C’est après avoir arrêté les travailleurs en les menottant comme des délinquants et fermé la boulangerie que le Commissaire principal, Tapa Diallo, nous a informés, ajoutant que l’initiative lui avait été instruite par son ministre’’, confie à 223infos.net le maire intérimaire Oumarou Togo, selon qui l’attitude de la police n’est autre qu’un abus de pouvoir : ‘‘Ce  n’est ni à la police, ni au ministre de la sécurité de fermer une boulangerie. Seule la mairie est habilitée à le faire’’.

Dans des documents rendus publics et attribués au commissariat de police du 6ème arrondissement, il est indiqué  que  la boulangerie constituait un nid pour les délinquants. D’où, une des raisons principales de sa fermeture : ‘‘Le commissariat est sous l’autorité de la mairie et la bonne manière voudrait que le commissariat  nous produise d’abord  un rapport prouvant ces faits pour que nous cherchions une solution ensemble, ce qui n’a pas été  jusque-là fait’’, répond le maire Oumarou Togo avant d’ajouter : ‘‘La boulangerie est là depuis quelques mois et est à moins de 50 mètres du commissariat, si c’est vrai qu’elle constituait un nid pour les délinquants pendant tout ce temps, les compétences de Tapa Diallo et ses hommes sont alors à mettre en cause.’’

Dans les mêmes documents rendus publics, il est indiqué que la Mairie percevait une taxe de la part de la boulangerie et la mairie de la Commune I ne le nie pas: ‘‘Nous avons taxé même les vendeurs de mouton qui étaient installés dans la Commune dans le cadre de la Tabaski, c’est l’activité commerciale qui est taxée et non les conditions d’installation de la boulangerie’’, précise le Maire Togo.

Diango, un drôle de plaignant

Après la fermeture  et l’arrestation des employés, le maire Oumarou Togo dit avoir  été dans les heures qui y ont suivi, chez le principal plaignant, Diango Sissoko, pour en parler : ‘‘ Diango nous a dits qu’il était désolé et qu’avec  ses 43 ans de services et avec 7 ans comme directeur de la prison centrale de Bamako, qu’il n’avait jamais ordonné l’arrestation d’une personne de la sorte’’, nous confie le maire Togo, ajoutant  que la même personne avait fait la promesse de tout mettre en œuvre pour la libération des personnes arrêtées.

Par ailleurs, de nos  investigations, il nous revient que le Commissariat de  police du  6ème arrondissement ait agi sur instruction du Ministère  de la sécurité qui avait reçu une lettre de la part de l’ancien premier Diango Sissoko se plaignant de la boulangerie.

223infos.net

Vous allez aimer lire ces articles

Koulikoro : La réforme constitutionnelle et la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation en débats

Bamako : Connect 223 de Accountabilitylab Mali tient ses promesses !

La Brigade mobile d’intervention des Douanes saisit plus d’une tonne de cyanure

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct