Malijet.co

La CMAS : l’Imam Dicko au volant d’un bus pour Koulouba | l’enfant attendu est venu avec toutes ses dents pour occuper sa place dans l’arène politique.

Pourquoi un bus et non une fusée sur orbite ? Un bus ça prend beaucoup de monde. Cela a été déjà expérimenté et les expériences sont déjà achevées. Un bus, sur sa route, passe auprès des populations vers sa destination (objectif) et peut même s’arrêter pour laisser monter ou se faire suivre par 2, 3 ou 4 roues. Une fusée ça va vite, ça va loin et ça va fort… Mais, à l’insu du peuple.

Le bus CMAS a donc eu son baptême le samedi 07 septembre 2019 au palais de la culture Amadou Hampâté Ba en présence du ministre aux deux chapeaux, M. Amadou Thiam, et le représentant de Mouhamad Ould Cheickna dit Bouyé (flanqué de son traducteur de la langue arabe en Bamanakan). Le ministre du Culte a été évité et le président du Haut Conseil Islamique ignoré.

La CMAS, c’est la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko, frais ex-président du Haut Conseil Islamique du Mali. La naissance de la CMAS consacre définitivement l’enterrement sans Fatiha de «Sabati 2012» qu’elle remplace. Par la même occasion, Moussa Bocar Ba passe le relais à Issa Kaou Djim.

Un cocktail pour la conquête du pouvoir

La CMAS est un engin hybride (nous l’avons lu dans la tête de Soumeylou Boubèye Maïga) qui fonctionne et avec la religion et avec la politique dans ses réservoirs pour pousser l’Imam au top sommet du pouvoir en un temps record : 2023 ! Le pouvoir, on connaît, mais le top-pouvoir ? Le top-pouvoir est au-dessus du pouvoir. Question de système de gouvernance.

Le président élu de l’Iran est sous l’autorité absolue de l’Ayatollah en poste. Kadhafi n’a jamais accepté qu’on lui donne le titre de président. C’était trop petit pour lui.  Il était le Guide. Plus près de nous (dans le temps et dans l’espace) Ras-Bath aussi e se proclame Guide.

Voilà donc pourquoi il faut croire Mahmoud Dicko quand il dit qu’il n’est pas candidat au trône de Koulouba. Il dit ce qu’il pense. Il n’était pas le président de Sabati 2012. Il n’est pas celui de la CMAS dirigée par Issa Kaou Djim.

Si la CMAS est au pouvoir un jour, Mahmoud Dicko ne sera pas le président de la République, il sera au-dessus de celui-ci qui lui fera sans doute allégeance. Question de système de gouvernance.

Ce système peut-il fonctionner au Mali ? Bien malin qui saura y répondre !

 

Tientiguiba Danté

Source: Le Matin

 

Vous allez aimer lire ces articles

2ème Région Militaire : le commandant de zone a rendu visite à ses hommes à Sokolo

Les activités du mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion bien démarrées à Tominian

ACTION CIVILO-MILITAIRE : Le contingent militaire espagnol de l’EUTM contribue au développement de l’éducation de base à Tantea-coro

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct